joomla

  • 20 critères pour bien choisir son CMS

    Choisir son CMSOn entend, lit, voit, ici ou là, des commentaires dithyrambiques ou incendiaires sur tel ou tel CMS. Nous en avons d'ailleurs fait les frais ici-même il y a quelques mois dans un article de comparaison Joomla / Wordpress.

    Mais quels sont vraiment les critères de choix d'un CMS pour faire son site ?

    D'abord qu'est-ce qu'un CMS ?

    Petit rappel pour que nous soyons d'accord sur le sujet. CMS est l’acronyme de Content Management System. En français, on traduit par Système de Gestion de Contenus. On devrait à mon sens toujours ajouter "Web" à la fin. Les CMS sont des logiciels destinés à permettre la mise à jour dynamique du contenu des sites Web, voire d'applications multimédia. Ils permettent de travailler de manière assez simple à plusieurs personnes, de séparer le travail sur le design et le contenu, de structurer ce dernier (nature, catégories...).

    On peut faire un site sans CMS. Les CMS n'existent que depuis 2000 et on faisait déjà des sites avant. Mais sans CMS, la mise à jour du contenu faisait appel à des compétences techniques qui n'étaient pas forcément celles de ceux qui créent le contenu.

    La fonction minimale livrée avec un CMS est de pouvoir créer du contenu via une interface privée et quelques boutons d'option et de mise en forme, un peu comme on le ferait dans un logiciel de traitement de texte.

    Pourquoi un CMS ?

    Quand on prend un CMS, il y a souvent au début juste un besoin d'éditer des pages avec du texte et des images. Rapidement la facilité du CMS fait naître de nouveaux besoins : gérer des médias, régler des droits d'accès ou de gestion, avoir plusieurs langues, de quoi vendre en ligne, des outils de communication comme une newsletter...

    La plupart des CMS modernes fonctionnent avec un pack par défaut offrant certains réglages et outils mais aussi la possibilité de rajouter des fonctionnalités facilement à la façon d'un LEGO. Selon le CMS, ces "briques" de fonctionnalités additionnelles s'appellent plugins, modules, extensions, composants... Elles existent par milliers souvent, permettant sans avoir de grandes connaissances techniques de personnaliser les services du site souhaité. De même, le design du site peut être rajouté, enlevé, changé très simplement avec un habillage graphique pré-sélectionné, appelé "thème" ou "template". Là aussi, le terme utilisé diffère selon le CMS.

    L'utilisation de ces fonctions par brique n'est pas obligatoire. Si la fonction souhaitée n'existe pas telle qu'on l'imagine (et qu'elle est vitale pour le projet), il est toujours possible d'étendre les possibilités d'un CMS via un développeur. Mais il faut bien choisir car le risque est de mettre en péril la stabilité et/ou l'évolutivité du site.

    Quels sont les critères pour faire son choix ?

    Je pense que les critères suivants ne sont pas recevables :

    • parce que mon beau-frère, tonton, cousin, autre (rayer les mentions inutiles) m'a dit que celui-là est super
    • parce que c'est le plus utilisé
    • parce que j'aime bien le nom
    • parce que tel site est fait avec

    Et VOS besoins ? VOTRE projet ?

    Un outil, quel qu'il soit, doit d'abord répondre aux besoins de votre projet. Encore faut-il avoir une idée de ce qu'on veut... Cela fera certainement l'objet d'un autre billet ;-)

    Les critères les plus couramment avancés et les plus évidents sont :

    • le nombre de pages
    • le budget
    • la facilité

    Pas suffisant : le nombre de page n'est normalement pas un souci sur un CMS digne de ce nom, le budget sera toujours un souci si on ne veut/peut rien faire soi-même et qu'on n'a pas un rond, la facilité est relative à chaque individu.

    Les critères à prendre en compte selon moi sont (liste non-exhaustive) :

    1. les délais de mise en ligne
    2. la nature du site voulue majoritairement (blog, portail, boutique...)
    3. le nombre d'utilisateurs sur le site, combien seront administrateurs et le nombre de niveaux d'accès / rôles différents
    4. le nombre et surtout le type de fonctionnalités voulues
    5. le nombre, la variété et la qualité des extensions/plugins disponibles (en lien avec le critère précédent)
    6. le besoin ou non d'un espace privatif
    7. le besoin d'un site multilingue
    8. l'aisance du (des) gestionnaire(s) du site avec l'informatique
    9. la connaissance ou non d'un langage informatique web
    10. le temps que le gestionnaire du site va y consacrer pour le mettre en place et/ou le gérer ensuite
    11. la connaissance / l'usage d'un CMS. Forcément si on en connait déjà un, ça aide à choisir !
    12. le souhait (réel parce qu'il va falloir s'y tenir) d'être autonome sur la gestion du contenu, de la maintenance, de son évolution
    13. le besoin en référencement bien que l'outil ait une part infime de responsabilité sur ce point
    14. le besoin d'évolutivité. Et le besoin ou non de rentrer dans le code pour cela...
    15. le besoin de facilité (notion très très vague)
    16. le besoin de sécurité
    17. le besoin de modularité. Veut-on des pages avec des structures différentes ?
    18. la qualité du code
    19. la possibilité de trouver de l'aide rapidement ou des prestataires
    20. la fréquence de refonte partielle ou totale. Serez-vous prêt à changer d'outil et repartir à zéro si vous n'avez pas anticipé les évolutions ?

    A partir de cela, étant entendu qu'on a répondu à ces critères sincèrement, on ne peut choisir objectivement qu'en ayant une connaissance suffisante de chaque CMS ou du moins des plus courants.

    Se contenter de lire, écouter les récits des uns et des autres n'est pas suffisant. Chacun peut avoir eu une bonne ou une mauvaise expérience sur un CMS. Mais d'une part un CMS mal évalué par quelqu'un n'était peut-être simplement pas adapté à SON besoin ; d'autre part, les CMS évoluant à des rythmes différents, ce qui est vrai un jour est peut-être faux le jour suivant.

    Et vous, quel critère rajouteriez-vous ?

    - Céline Robert

  • Admin Dashboard Module pour Joomla : le podcast

    JAD post podcast

    Yannick a été interviewé par Tim Davis du site Basics Joomla à propos du module créé pour créer une interface personnalisée de gestion sur la console d'administration de Joomla!

    Malgré un anglais plus que perfectible et une appréhension compréhensible il a bien voulu se jeter à l'eau avec Tim.

    A travers cette vidéo vous pourrez découvrir la vision de Com3elles sur ce que doit être une administration de qualité pour un site Joomla!. Ce module d'administration permet de manière simple et intuitive de créer :

    • un tableau de bord (dashboard( professionnel et surtout adapté aux besoins de vos utilisateur de site
    • des boutons d'actions du type "créer un article", "une catégorie" .. tout type contenus avec des pré-configurations
    • de créer des listes d'articles avec des filtres ( articles en vedette, articles en cours ..)
    • de personnaliser avec des icônes
    • d'organiser les actions dans des onglets libres vers n'importe quel composant comme Acymailling ou Hikashop
    • Afficher un action log ..
    • etc

    Vous découvrez aussi un peu plus sur la certification Joomla! car Com3elles permet de vous certifier en français. (Yannick étant certifié et certificateur Joomla!)

    Vous découvrirez dans cette vidéo comment utiliser les surcharges de langue pour créer un tableau de bord traduisible et aussi comment mixer la position gauche pour une liste de boutons et la position centrale pour créer des listes d'article.

    Ce module est bien sûr gratuit ! Une manière pour Com3elles de redonner à la communauté Joomla! ce qu'elle lui a donné il y a plus de 10 ans. Dans la même idée, retrouvez notre documentation Joomla! gratuite

    Visionnez la vidéo ci-dessous (en anglais) :

  • Ateliers Joomla du JUG Toulouse

    Venez découvrir tous les mois des astuces sur Joomla! Logo JUG TLSE medium

  • Certification Joomla!

    joomla learning partnerCom'3Elles est ravie d'être une des premières agences JLP (Joomla! Learning Partners) officiellement autorisées à organiser des examens de certification Joomla!

  • CMS opensource ou développement sur-mesure en 6 idées reçues

    joomla-legos

    Je lis toujours avec intérêt et souvent amusement (j’apprécie le ton léger du rédacteur) les articles du blog Axenet consacrés généralement au référencement (on les cite parfois dans notre revue du web). Ce dernier n’a pas fait exception : “Développement sur mesure vs open source. Toutefois, j'aimerais apporter ma pierre à la réflexion, en précisant plusieurs points, qui me semblent incomplets, voire pas tout à fait justes. J’aurais pu répondre en commentaire mais ça serait trop long ;-)

    D’abord, histoire d’être au clair avec nos lecteurs, je rappelle que nous n’avons jamais fait mystère de notre préférence lucide pour l'utilisation (bien que non-exclusive) du CMS Joomla!. Pourtant nous avons nous aussi à coeur de prendre en compte les besoins réels présents et à venird’un projet web pour sa conception (cf 20 critères pour bien choisir son CMS).

    Mon point principal de désaccord avec cet article vient du fait qu'il présente le choix d’un CMS comme inadapté voire dangereux pour des projets très personnalisés, et qu’il vaut donc mieux privilégier un framework maison.

    Je ne doute vraiment pas que le framework évoqué ait été fait avec professionnalisme.

    Nous sommes d’accord que forcément, si personnaliser un CMS open source passe par du rafistolage par des développeurs peu regardants (et il y en a malheureusement), le site va forcément ressembler un peu à ça :

    wc

    Soyons honnêtes : la faute dans ce cas n’est pas à imputer au CMS. Le problème serait tout aussi alarmant avec le meilleur des framework ou tout développement sur-mesure !

    Certes nous voyons souvent en tant qu’agence arriver des sites sous Joomla! difficiles à faire évoluer voire hackés : ils sont faits soit par des amateurs soit par plusieurs personnes successivement, avec chacune sa logique... parfois déroutante ! Nous avons aussi parfois été effrayés par des sites faits par des pros dont des fonctions ont été recodées dans le core alors qu’il aurait juste suffi de cocher une case dans la configuration...

    À côté de ça, nous avons eu à refondre ou à réaliser de nombreux sites 100% sur Joomla! et 100% personnalisés sans aucun souci de stabilité, sécurité et évolution.

    Le secret ? Une parfaite connaissance du CMS (hey ! des formationsexistent !) et s’entourer d’experts (avérés, pas autoproclamés).

    A mon avis, l’article d’Axenet pêche justement par la comparaison entre un framework avec l’expertise d’une agence et un CMS open source utilisé sans expertise. Vous voyez le problème ?

    Pour expliquer mon point de vue, je ne vais prendre en exemple que notre expérience sur la base du choix de Joomla! sous forme de 6 idées reçues.

    Idée reçue numéro 1 : on ne peut pas tout faire avec un CMS open source

    À ce jour, honnêtement, nous n’avons rien trouvé d’infaisable avec Joomla! : simple site, blog, e-commerce, projet business, place de marché, intranet, communauté, city-guide, annuaire, service métier… la liste est longue ! Et c’est vrai que selon le besoin, un autre CMS peut arriver au résultat attendu, mieux ou plus rapidement.

    Mais entre les fonctions natives et les milliers d’extensions en téléchargement (dont certaines très très polyvalentes et personnalisables), les limites sont difficiles à atteindre. Reste la nécessité de bien sélectionner les extensions pour conserver un site fiable dans le temps. Nous sommes d’accord avec Jean-Marc sur ce point. C’est surtout là que la plus-value d’experts est importante. Comme il se trouve que nous en sommes : nous sélectionnons les extensions selon des critères très stricts et en assurons l’installation, la configuration et le suivi. Avec cette responsabilité sur les épaules, nous ne nous amusons pas avec ça ! Ce serait un problème d’avoir besoin d’experts pour cela ? Pas plus, pas moins que de passer par un framework maison.

    Idée reçue numéro 2 : malgré des milliers d’extensions, tous les besoins ne sont pas couverts

    Si le besoin n’est pas à 100% couvert par une extension Joomla!, il y a toujours moyen de l'améliorer. Pour changer un affichage ou l’ergonomie, inutile de modifier le core de Joomla! car son système de surcharge est loin d’être limité (si si, je vous assure Jean-Marc !). Là aussi, une bonne connaissance est importante.
    Niveau développement, tout connaisseur de  Joomla! sait que ce CMS repose sur un framework puissant. Connaître ce framework et s’appuyer dessus pour développer ou améliorer une extension est une garantie de stabilité, de respect de la performance et de sécurité.

    Idée reçue numéro 3 : développer une fonction sur-mesure sur Joomla! compromet la stabilité

    legos16Si je rajoute une extension additionnelle dans mon site Joomla!, ne vais-je pas compromettre la stabilité de tout le site ? Comme dit ci-dessus, Joomla! repose sur un framework. Ce qui en fait, pour simplifier, un gros jeu de legos : des milliers de pièces existent et si on sait les assembler, les possibilités sont infinies (mais il faut un niveau expert de préférence).

    Parce qu'ils sont experts dans leur domaine, ceux qui ont fait le choix du développement ne prennent pas le temps de se pencher sur ce framework et combinent différentes logiques à celle de Joomla! Et on ne peut pas leur en vouloir. Mais la logique de Joomla! a fait ses preuves. Pour reprendre l’exemple du Lego, si vous combinez ces célèbres briquettes avec des Kapla ou des Mécanos, attention à la fiabilité de l’ensemble…

    Le frameworkde Joomla! a été éprouvé sur des millions de sites Web, corrigé, testé, amélioré, re-testé, encore et encore …

    Respecter ses Designs Pattern (en français “Patrons de conception”) et ses API (en français “Interfaces de Programmation”) est le gage de produire une extension qui viendra s’insérer dans l’ensemble, de manière harmonieuse… et stable.

    Idée reçue numéro 4 : un CMS open source est forcément limité en évolutions

    Ni plus ni moins qu’avec d’autres solutions… et plutôt moins même. A condition là aussi de savoir ce qu’on fait.

    Une autre des forces de Joomla! réside dans les Plugins. Ces plugins ne sont qu’une partie des types d’extensions possibles dans Joomla!, mais ils sont passés maîtres dans l’art d’optimiser l’évolutivité d’une extension Joomla!. En gros, grâce au plugin, vous pouvez étendre à volonté les fonctionnalités du CMS. Quand un expert décide d’implémenter judicieusement des points d’entrée pour des plugins additionnels dans son composant, c’est qu’il cherche à répondre à la question : “Comment puis-je, aujourd’hui, ouvrir mon application, pour préparer le terrain des fonctionnalités de demain ?”.
    Donc, si les extensions sont bien conçues, qu’elles aient été téléchargées prêtes à l'emploi ou développées sur-mesure, elles intègrent ce potentiel.

    La tendance actuelle des meilleures extensions pour Joomla! en témoigne : un coeur léger, dans le composant, centré sur les fonctions essentielles... et l’intégration de déclencheurs  évènementiels (triggers) pour permettre l’ajout de fonctionnalités “à la carte” via des plugins. Voilà la recette pour concevoir une application flexible, évolutive, pérenne et ouverte à la communauté dynamique de Joomla!. Ce type d’architecture technique allie 2 points forts :

    • la flexibilité : vous pouvez décider d’activer uniquement les plugins qui correspondent à votre projet
    • l'extensibilité : vous avez une nouvelle idée ? il suffit de concevoir le plugin correspondant et de le brancher dans l’application

    Ces deux points sont plébiscités par les développeurs Joomla! et assurent la réussite commerciale des extensions qui appliquent ce modèle.

    Idée reçue numéro 5 : si le développeur Joomla! n’est plus disponible, je dois tout refaire

    C’est une des limites soulevées en commentaire sur l'article d’Axenet au sujet du framework maison. Dans le cas de Joomla!, nous ne sommes pas sur un Framework “maison”, limité à quelques initiés (même s’il est “bien codé”) qu’un nouveau développeur devra s’approprier (à perte) s’il veut reprendre le travail, mais sur un Framework open source ouvert à une communauté mondiale !

    Sous réserve, une fois de plus, que l’ensemble ait été fait avec bon sens et respect de la logique de ce CMS par des utilisateurs avertis et bien documentés, n’importe quel expert pourra prendre la relève. Joomla! est un CMS qui a “pignon sur rue”. Vu l’immense communauté planétaire regroupée autour de Joomla!, vous n’êtes pas prêts de tomber en rade. Des livreset des formations existent pour permettre à n’importe quel développeur consciencieux de devenir à son tour expert de ce framework. Connaissances qu’il pourra mettre à profit pour plusieurs projets. Et s’il le souhaite, il pourra en plus être certifié.

    Idée reçue numéro 6 : un CMS open source est plus vulnérable car son code est disponible

    geekChez nous, point de “barbus hippies fanatiques” de l’open source, mais des professionnels  avertis et qui prennent le meilleur des deux mondes : logiciels open source et / ou logiciels propriétaires selon les besoins. L’open source n’a pas toujours que des qualités mais lorsqu’on cherche à vérifier le sérieux de l’open source, on trouve de tout et beaucoup de fausses idées. Axenet rejoint la plus répandue qui est que l’open source est moins sécurisé car le code est disponible.

    Pourtant, selon plusieurs études, il semble que le système d’exploitation le mieux sécurisé au monde soit open source.  D’autres en parlent mieux que moi, comme f-secure. En gros un CMS open source est moins vulnérable du fait de la disponibilité de son code que de l’utilisation qui en est faite (si ce n’est pas clair, relire l’idée reçue n°3 ;-) ) : la formation, la documentation ou l’humilité sont les plus grands amis de la sécurité quelque soit le domaine. L'énergie d'une communauté open source est telle que même si des failles peuvent apparaître, elles sont corrigées rapidement et concourent à l'amélioration de la fiabilité de l'ensemble.

    En conclusion

    Bref, sans rancune aucune au chef de projet d’Axenet qui avait annoncé au départ de son article qu’il était volontairement simplifié ;-) : il faut se méfier des idées reçues et rester à l’écoute des évolutions des différentes solutions.

    Cet article pourrait très bien être décliné pour d’autres CMS (Drupal ou Wordpress par exemple) car ils ont fait et font quotidiennement leurs preuves. Par humilité, nous préférons nous en tenir à celui que nous maîtrisons le mieux ;-)

    Nous nous croiserons peut-être un jour dans la vraie vie pour échanger sur ces questions autour d’un café…

    En attendant, un grand merci à mes experts Joomla! préférés Yannick et Marc mais aussi à Ingrid pour leur contribution précieuse à cet article ;-)

    Céline

  • FLEXIadmin : le module d'administration pour FLEXIcontent

    flexi admin

    Com'3elles a le plaisir de vous annoncer la création de FlexiAdmin, module de personnalisation de l'administration d'un site Joomla! utilisant le CCK Flexicontent. Non, ne fuyez pas ! Si cela peut vous paraître technique, c'est en fait très simple, et surtout TRES utile ! Explications...

    Pour remettre ce projet dans son contexte un CCK c'est quoi ? Derrière cet acronyme (Content Construction Kit) se cache le moyen de multiplier les fonctions de Joomla!. Avec un CCK comme FLEXIcontent vous pouvez par exemple créer des types de contenu avec des champs supplémentaires (date, image, liste déroulante, etc) et ainsi créer un site plus simple à gérer car toute la mise en forme est gérée par des templates de contenu. Cela vous apporte aussi la possibilité de créer des moteurs de recherche puissants basés sur vos contenus, des références croisées, des annuaires...

    Com'3elles soutient et utilise depuis longtemps le CCK FLEXIcontent.

    Or, jusque là, pour gérer des contenus avec FLEXIcontent, il fallait aller dans le composant, et la tâche n'était pas toujours aisée (le CCK est puissant... mais touffu) ! L'idée nous est alors venue de penser une interface d'administration plus simple, à la portée de tous.  C'est ainsi qu'est né "FLEXIadmin" ! Grâce à lui, il est désormais possible d'utiliser un tableau de bord tout fait et ainsi n'afficher que les items souhaités (les fonctions inutilisées ne viendront donc pas polluer l'administrateur). C'est en quelque sorte un tableau de bord personnalisé. L'idée est simple : pouvoir avec 1 seul module créer un tableau de bord complet spécialement adapté aux sites utilisant le CCK FLEXIcontent.

    Réalisé par nos soins (aux commandes : Yannick Bergès !), nous avons décidé de le distribuer de manière libre et gratuite, dans l'esprit de l'opensource, via la plateforme github.

    Plus en détail, que permet ce module ?

     - La creation d'un tableau de bord sur la page d'accueil de l'administration Joomla (en mode onglet ou en mode liste)

    flexi adminflexi admin list

    - la création simplifiée de bouton préconfiguré (catégorie, type, article) et plus

    flexi admin admin custombuttonadd configflexi admin custom tabs

    - la création de mini modules "afficher les articles en cours", "en attente de validation", "utilisateur connecté" et plus

    flexi admin3

    Le tout sans une seule ligne de code, et une administration simplifiée au maximum.

    En esperant que cela plaise au plus grand nombre. Si vous avez des remarques ou des retours, n'hésitez pas !


       Le projet FLEXIadmin
       Télécharger le module FLEXIadmin
       Le support
       La documentation


       FLEXIadmin sur JED
       FLEXIadmin sur la JED FRLEXIadmin sur la JEDFR

    Com'3elles soutient depuis longtemps le CCK FLEXIcontent. Par ailleurs, à travers nos différentes utilisations nous avons commencé à créer un module pour l'administration de Joomla!.
  • Guide d'administration Joomla 3

    Le guide d'administration de Joomla 3 est (enfin) téléchargeable !joomla-3-s

  • J'ai testé les sites Joomla gratuits

    joomla-gratuit

    Cela faisait partie des reproches faits parfois à Joomla! face à son confrère Wordpress. C'est chose corrigée depuis janvier 2015 via joomla.com : on peut désormais créer en ligne des sites Joomla! gratuits. Comment ça se passe ? Est-ce que la comparaison tient face à Wordpress ?

    Comment créer son site gratuit avec joomla.com ?

    Un des inconvénients de ce tout jeune service (voir la liste en bas de ce billet) est qu'il est tout en anglais. Si vous n'êtes pas à l'aise avec la langue de Shakespeare, je vous recommande vivement d'utiliser le navigateur Chrome et son service de traduction instantanée. Le résultat est très propre et fait oublier ce "défaut" :

    1. rendez-vous à l'adresse www.joomla.com
    2. saisissez un nom pour votre site (que vous pourrez changer ensuite) qui donnera une url du type "monsite.joomla.com"
    3. saisissez une adresse mail et un mot de passe. Attention, les règles sont précises pour le mot de passe afin de s'assurer d'un mot de passe sûr.
    4. validez
    5. relevez vos mails puis cliquez sur le lien de validation qui y est affiché
    6. attendez quelques secondes puis connectez-vous

    Le résultat : un site propre, prêt à fonctionner

    La personnalisation du site

    1. cliquez sur la roue crantée à droite du nom de votre site
    2. cliquez sur "Changer de modèle"
    3. choisissez parmi la douzaine de modèles. Vous pouvez afficher une prévisualisation
    4. le site vous propose d'installer des données exemples. Attention, si vous avez déjà saisi du contenu, ces données vont l'écraser
    5. validez et admirez !

    Gérer le site

    1. dans le tableau de bord, cliquez sur "Accès administrateur"
    2. pour le reste, tout se passe comme sur n'importe quel site Joomla! avec la seule restriction qu'en version gratuite, vous ne pouvez pas ajouter d'extensions

    Pour revoir toutes les étapes, vous pouvez visionner cette vidéo :

    Comparaison avec Wordpress.com

    Nous avons (re)testé pour l'occasion l'équivalent sur Wordpress :

    Comparaison avec Wordpress.com

    Nous avons (re)testé pour l'occasion l'équivalent sur Wordpress :

    Voici le résultat de mon étude comparative des deux propositions :

     Wordpress.comJoomla.com
    Tableau de bord traduit en français oui non
    Gratuit oui oui
    Offres commerciales 2 3
    Offre commerciale présente rapidement et très visible en fin de parcours et peu présente
    Choix de thèmes graphiques 21 thèmes gratuits
    + 21 thèmes payants
    12 templates gratuits
    + 2 par installés défaut
    Publicité oui* non
    Différences avec une installation normale Présence des offres commerciales dans le backoffice
    Quelques extensions en plus
    Quelques extensions en plus
    Personnalisation fonctionnelle non non
    Prix de l'offre de la personnalisation fonctionnelle 99,00 € / an 47,40 € / an
    Prix du nom de domaine personnalisé 18 à 25 €
    ou inclus dès l'offre payante 1
    inclus dès l'offre payante 1
    Possibilité d'exporter le site Le contenu Le contenu ET les fichiers
    Niveau pour remettre l'export Débutant Avancé
    Possibilité d'ajouter des données exemple Non Oui
    Possibilité de changer le nom du site 1 fois illimité
    Possibilité d'avoir plusieurs sites avec le même compte oui oui
    Backoffice du site traduit en français oui non mais 50 langues préinstallées dont le français à activer d'1 clic
    Rapidité Quelques minutes Quelques minutes

    Pour quoi, pour qui ce service ?

    Il sera très pratique pour des débutants sur Joomla! de se faire une idée de ce CMS sans trop y passer de temps ni bourse délier. Idéal aussi pour de petits projets à petits budgets, il permet d'avoir un système de gestion de contenus performant et gratuit. Par contre, les limitations de fonctionnalités risquent de bloquer pour des projets plus ambitieux ou dès que le site devra évoluer. Cette limitation est levée en passant à l'offre commerciale d'hébergement, mais vous quittez aussi le confort d'un service tout-en-un.

    Ceci étant dit, l'illusion d'un site "tout gratuit" ne doit pas faire oublier que l'outil ne fait pas tout : préparer son cahier des charges, réfléchir à la stratégie de contenus, à l'ergonomie ou encore au design, ne s'improvise pas. C'est là qu'intervient la plus-value de professionnels du web, qui ne réside pas dans l'installation du CMS (ce que fait en somme ce service) mais justement sur tout ce qui l'entoure. A fortiori, si votre site est amené à évoluer, il vous faudra vite maîtriser des fonctionnalités plus poussées, identifier des composants ou plugins performants correspondant à vos besoins, puis assurer la sécurité et la stabilité de l'ensemble... ou confier ces aspects à un prestataire.

    Conclusion : mon avis

    Il est dommage que l'interface de ce service gratuit ne soit disponible qu'en anglais à ce jour. L'hébergeur siteground, qui est derrière ce service, ne communique qu'en anglais. Que ce soit pour le support de l'offre gratuite ou pour celui de l'offre payante, c'est un frein pour des novices et/ou des personnes réfractaires à l'anglais.

    La limitation en service (impossibilité d'installer des extensions) peut aussi décourager certaines personnes mais, contrairement à son confrère wordpress.com, il est possible d'exporter TOUT le site (contenu ET fichiers) pour l'utiliser autrement et récupérer 100% du potentiel de Joomla!.

    J'apprécie que l'offre commerciale ne soit pas aussi présente et bloquante qu'avec Wordpress. L'offre existe et est toujours disponible mais ne nous saute pas au visage régulièrement. J'y retrouve l'esprit de Joomla!. De plus, lorsqu'on bascule sur une offre payante, on redevient complètement libre sur une offre d'hébergement standard. Cette offre est performante (testée et approuvée) et rien n'empêche de changer de crèmerie à tout moment.

    A noter que si on veut tester Joomla! avec toutes ses fonctionnalités et gratuitement, le site demo.joomla.org permet de de l'essayer gratuitement pendant 90 jours !

    Nous allons donc suivre avec intérêt les évolutions de cette offre.

    Nota : cet article ne traite pas des différences entre Wordpress et Joomla! mais uniquement du service d'hébergement gratuit mis à disposition par chacun de ces CMS. Il ne remet nullement en cause la valeur de l'un et de l'autre ;-)

     

    * À propos des publicités dans les blogs de WordPress.com à l'insu des utilisateurs : https://en.support.wordpress.com/no-ads/

     

  • Joomla!... c'est pas nous ;-) !

    joomla-coeur

    Saviez-vous qu'on nous contacte parfois en pensant "contacter Joomla!" ? Par mail, par téléphone, on nous demande de l'aide sur un site conçu en Joomla! parce que son propriétaire rencontre un problème et qu'il pense que Joomla! est notre produit... Ça nous a souvent amusés, au début surpris, mais on a compris pourquoi et on va vous expliquer. Avant ça, une petite mise au point sur ce qu'est Joomla! s'impose...

    Qui est Joomla! ?

    Tout le monde et personne à la fois pourrions-nous dire. Parce que derrière Joomla! il n'y a pas une seule personne (comme pour Linux par exemple) ni une entreprise (comme pour Wordpresspar exemple).

    Il y a une communauté, organisée dans plusieurs associations, dont la principale qui centralise les développements, la communication et le marketing : Open Source Matters.

    Donc une agence comme la nôtre (Com'3Elles) peut travailler avec Joomla!, distribuer Joomla!, développer des outils pour Joomla!, mais pas en revendiquer la paternité et encore moins la propriété.

    Nous utilisons Joomla!

    A ce jour, nous utilisons majoritairement (mais pas exclusivement) le CMS Joomla!joomla, assurément le CMS le plus polyvalent et performant : Joomla! est développé par une communauté internationale très active et permet d'obtenir des sites professionnels, évolutifs et fiables,

    Qui utilise Joomla ?

    Entre autres: E-bay  ONU  Barnes Noble General Electrics  Orange  Ikea 

    Mais aussi plus de 3000 structures gouvernementales : http://joomlagov.info/

    Joomla! a été élu 4 fois meilleur CMS du monde (2006-2007-2011-2014)

    Donc plus de doute : si c'est le bon choix pour eux, ce sera le bon choix pour vous !

    Nous ne connaissons pas Joomla!... nous le maîtrisons sur le bout des doigts !

    Nous l'utilisons depuis 2007 soit depuis sa sortie et avons suivi toutes ses évolutions.

    Loin d'être de simples utilisateurs de ce CMS, nous en sommes acteurs :
    ✚ nous sommes membres actifs de l'AFUJ (joomla.fr) et du Joomla User Group Toulouse
    ✚ nous participons à l'évolution du CMS
    ✚ nous faisons partie de plusieurs projets (développement, béta-test) comme Flexicontent, JoomlaCK ou Joomsport
    ✚ Com3Elles est Joomla Learning Partner (centre de formation officiel) et centre d'examen pour la certification : https://resources.joomla.org/en/item/com3elles

    Pourquoi certains croient-ils que nous sommes Joomla! ?

    Ben oui, pourquoi ? :)

    joomla-3-3DParce que nous éditons et distribuons en téléchargement gratuit depuis 2008 le Guide de l'administration Joomla!.

    Nous avons commencé avec la version 1.5 de Joomla! puis l'avons mis à jour à chaque version majeure : 1.6/1.7, 2.5 et 3.x

    En tout, il a été téléchargé plus de 260 000 fois ! Nous avons eu de nombreux compliments sur ce document (dont nous sommes fiers) et savons que des professionnels l'utilisent pour leurs propres clients. C'est logique puisque nous avons choisi de le distribuer librement et gratuitement. Ça fait partie du jeu !

    Mais voilà, comme beaucoup d'internautes le téléchargent et le font circuler, que nous avons signé ce document et l'avons looké à notre charte, nous avons de temps en temps des appels ou des mails de demande à l'aide voire de réclamations d'évolution de Joomla! par des gens qui confondent l'éditeur du guide et l'outil !

    J'imagine que nos confrères qui distribuent des extensions, templates ou autres supports se retrouvent parfois confrontés au même problème. Heureusement sans gravité. Nous expliquons, et tout rentre dans l'ordre. Comme par ailleurs, bien souvent, nous pouvons proposer une intervention pour diagnostiquer et/ou réparer le problème, notre contact ne repart pas penaud.

    Au besoin, on peut même lui proposer une formation, puisque ça aussi, on sait faire. Intéressé.e ? Contactez-nous ! ;-)

  • Joomladay 2017 : présentation Flexicontent

    Yannick Berges a présenté une conférence sur Flexicontent le 13 mai dernier. Voici le support :

  • Joomladay France 2015

    joomladay2015Le planning des ateliers et conférences du Joomladay 2015 est publié

  • Joyeux anniversaire Joomla !

    10ans joomla

    Nous nous apprêtons à déguster un beau et bon gâteau pour l’anniversaire de Joomla !

    Notre CMS préféré fête ses 10 ans aujourd’hui. Le projet est né le 17 août mais la première version de Joomla ! autonome a été lancé il y a 10 ans tout pile le 17 septembre 2005.

    Depuis ces 10 ans nous suivons ses évolutions et le bébé a bien grandi. Ça valait dont bien un bon gâteau au chocolat et smarties que nous dégusterons (nous avons une réputation de gourmand(e)s à tenir) en pensant à tous les amis et collègues que nous avons croisés durant ce temps dans les Joomladays, Joomapéros ou divers projets.

    Donc joyeux anniversaire à Joomla! et surtout à sa magnifique communauté !

    Plus d'articles à ce sujet :

    La vidéo des 10 ans :

  • L'histoire d'un projet accessibilité : HaudaCity

    haudacity

    L'accessibilité, vous connaissez ? Nous faisions des sites accessibles... mais ça c'était avant !

    Contexte

    Le 24 avril 2018 nous a été soumis un projet pour la refonte du site web de l'association "HaudaCity".

    Cette association toulousaine accompagnée par le Parcours ADRESS a mis en place une plateforme numérique collaborative autour du handicap. Elle est destinée aux personnes handicapées mais aussi aux personnes valides qui souhaitent comprendre les handicaps et y apporter un autre regard. Elle vise ainsi à faciliter le quotidien de ces personnes en proposant entre autres un répertoire d’outils complet.

    Vu son objet et son public, ce site doit absolument être accessible. Or le site en place souffrait de problèmes d’accessibilité mais plus largement d’ergonomie même pour des personnes dites valides tant sur la partie publique du site que la console d’administration. Cette refonte était l’occasion pour l’association de repenser la structure complète du site en tirant les leçons d’une année d’utilisation et de retours des visiteurs.

    Pour Com3elles ce projet est l’occasion d’une nouvelle expérience tournée vers le public handicapé et est une source d’inspiration pour tous nos futurs projets. Rendre la communication éthique et responsable passe aussi par la réalisation d’outils incluant plus de personnes !

    Accessibilité, que dit la loi ?

    Les institutions publiques doivent respecter la loi handicap du 11 février 2005 tandis que la loi de 2016 pour une république Numérique étend l’obligation d'accessibilité aux organismes délégataire d’une mission de service public.  
    Pour les autres structures (privées, association, entreprises) il est obligatoire de respecter la loi lorsque le chiffre d’affaire dépasse un certain montant.
    La technologie évolue et il est de plus en plus facile de mettre en place un site accessible, alors pourquoi attendre la mise en application d’une loi pour changer la vision des designers et développeurs quand il est déjà possible de se tourner vers des solutions simples et efficaces.?

    Source : access42

    Études préalables

    En préparation de ce projet, de nombreuses recherches ont été menées au sujet des règles de qualité web et d’accessibilité.

    L’une des premières recherches nous a conduit sur le site AcceDe, une référence qui nous a permis de découvrir des outils, des informations pratiques et opérationnelles de la conception graphique à l’intégration, en passant par le développement et le contenu éditorial.

    Ce n’est pas une découverte pour nous mais citons-le tout de même, le W3C (World Wide Web Consortium) est un organisme de standardisation qui vise à rendre le web accessible à tous grâce à un ensemble de règles html standardisées.

    Le W3C a lancé :

    • le WAI (Web Accessibility Initiative) qui vise à simplifier les actions technologiques de développement et d’informations liées à l'accessibilité pour les rendre disponibles et ouvertes à toutes et tous, sans pré-requis techniques.
    • le WCAG 2.0 (Web Content Accessibility Guidelines) qui comporte des directives représentées sous forme de thématiques (contenus perceptibles, utilisables compréhensibles, robustes) qui portent essentiellement sur l'accessibilité nous a aussi permis de mieux comprendre les éléments à mettre en place.

    Les directives évoquées peuvent être mesurées par trois niveaux allant du niveau A au niveau le plus élevé qui est de AAA. Le niveau A est le niveau minimal à respecter pour lever les barrières obstructives au contenu, c’est “ce qui doit être fait”, tant dis que la meilleure note de AAA donne une vision de “ce qui peut être fait” et améliore le confort lors de la navigation.

    Partage et collaboration avec les équipes

    Pour rendre ce site accessible, une étude préalable avec l’aide de Pascale Casanovasur les différents types de handicaps a été réalisée et nous a permis de mieux les comprendre, de mieux les appréhender pour apporter des solutions concrètes et adaptées en terme de design et de solutions techniques.

    Les handicaps peuvent être d’ordre cognitif, neurologique, physique, visuel ou bien auditif.

    Ils peuvent aussi être relatifs à l'âge, à des situation de handicap récurrent, temporaire, persistant ou encore situationnel.

    Cette diversité de types de handicaps fait qu’il existe des solutions techniques et des outils eux aussi variés pour utiliser les sites Internet :

    • les lecteurs audio pour les handicaps auditifs
    • une structure de contenu clair, hiérarchisée et balisée pour les personnes ayant des difficultés de compréhension
    • la navigation par clavier (via la touche tabulation) pour les handicapés moteur
    • des outils permettant de réduire ou d'agrandir la taille des polices, de maximiser les contrastes, de transcrire certains textes, pour les personnes ayant des difficultés à voir.

    Grâce à l’équipe de Haudacity, nous avons pu tester ces outils sur des sites existants dont certains dits accessibles... édifiant !

    Le cahier des charges

    D’abord un site

    Le cahier de charges établi par Pascale Casanovaexprimait des besoins “classiques”. A savoir :

    • un site responsive
    • plusieurs espaces membres avec plusieurs niveaux de modifications
    • pouvoir s'inscrire à différents modules et être en mesure d’apporter du contenu simplement, de l’imprimer et de faire des dons.
    • il comportait aussi un cadre technique avec des mots clés identifiés et choisis pour améliorer le référencement.

    Mais aussi des demandes spécifiques à ce projet :

    • respecter les critères d'accessibilité autant pour la partie visible du site que pour la console d’administration tout en s’adaptant à la demande du client
    • ne pas se “contenter” d’appliquer des règles issus de référentiels trouvés sur Internet mais “passer” des tests effectués par de vrais personnes en situations de handicaps.
    • migrer le contenu de l'ancien site sur un autre CMS Open Source (l’ancien ne convenant pas du tout) tout en respectant la charte graphique de l'association.
    • reprendre l’éventail et la diversité des couleurs présentes sur l’ancien site de la plateforme (leur expérience montrait qu’elles permettent une navigation plus simple des utilisateurs en les aidant à se repérer)
    • le nouveau site doit aussi être respecter un design de qualité. Accessible aux personnes atteintes de différents types et degrés de handicaps sans négliger l’agrément pour des personnes valides

    Inclure TOUS les handicaps

    Une solution technique pour un type de handicap n’est pas forcément bonne pour un autre, il nous a donc fallu parfois trouver un juste équilibre, et jongler entre ces dernières.

    Il était aussi important de savoir se libérer des normes car des fois elles ne sont pas si bonnes. Par exemple : l’utilisation d’onglets ! Pratique au niveau UX pour mettre plusieurs type d’informations sans charger l’interface. Niveau normes d’accessibilité cela passe bien mais dans la réalité les retours ont été unanimes : trop complexe à gérer, nous avons donc dû revoir notre copie !


    Une préversion avec des onglets

     

     


    La solution retenue, plus simple mais plus accessible

     Un vrai défi comme nous les aimons et un projet réellement enthousiasmant. C’est le plus Com3elles !

    Étapes de réalisation

    Le choix du CMS

    Avant d’entamer la réalisation du site nous avons procédé à une étude comparative concernant le choix d’un CMS adéquat à la mission de ce projet.
    Nous avons choisi d’utiliser Joomla! pour sa flexibilité et son intérêt pour le WCAG.

    On vous voit venir … “mais bien sûr ! … c’est votre CMS préféré donc vous n’êtes pas objectifs”. C’est pas faux ! (spéciale dédicace à @mnatsian)
    Et pourtant oui, nous avons réellement comparé ;-)

    Il faut rappeler que Joomla! est le premier CMS à intégrer ces normes dans l’administration. La future version de Joomla 4 vise encore plus haut avec une administration de niveau AA.

    Notons également que Joomla! est nativement (sans installer le moindre plugin, widget ou autre extension) le mieux équipé pour réaliser des sites communautaires (droits d’accès, historique, édition en front, …) et lorsqu’il est couplé à un CCK comme Flexicontent, il permet de simplifier les saisies et le workflow pour rendre le site efficace dans la partie publique (front-end) comme privée (back-office).

    Le site étant une plateforme de ressources avec des types de fiches différentes et des filtrages de contenus, le CCK s’imposait pour éviter la multiplication des extensions et donc entre autres des logiques d’interface et d’ergonomie.

    Tout est pensé nativement dans Flexicontent pour rendre la gestion simple et efficace même pour les personnes atteintes de handicaps. Citons par exemple : l’optimisation des images à la volée, l’inclusion des vidéos automatisée, la mise en page responsive sans code etc...

    Le design

    Avant de commencer le design, un benchmark autour de l’accessibilité à été effectué pour mieux appréhender la démarche. Le site de l’organisme certificateur en accessibilité “AccessiWeb” nous a particulièrement servi de base pour commencer les recherches en nous appuyant sur les sites “les mieux notés”. De nombreux travaux ont été recensés notamment le site de la fédération des aveugles de France et le site du RIVPqui propose une navigabilité et un choix de couleurs simple ainsi qu’un menu caché de navigation interne navigable au clavier.  

    A ce titre il nous a fallu revoir nos processus tels que les mockups, les règles classiques de design pour nous adapter à des problématiques plus terre à terre. Le contraste, la position d’un menu dans la page, le focus, les zones d’accessibilité ARIA etc… Tout mettre de côté pour ré-apprendre !

    La reprise et l’adaptation de la charte graphique

    Ce projet avait pour base l’ancien site de l’association qui manquait de dynamisme et dont la navigation n’était pas optimale pour les personnes handicapées.
    Nous sommes donc partis de la charte graphique déjà établie et nous sommes inspirés des couleurs d'HaudaCity pour en faire plusieurs déclinaisons adaptées aux différents types de handicaps. La charte graphique est sobre, c’est un bon point pour nos objectifs à atteindre !

    Les couleurs, un choix pas uniquement esthétique

    Différentes problématiques ont pu être remontées au niveau du choix des couleurs qui devaient correspondre aux attentes de Madame Casanova, la cliente, mais aussi aux règles d’accessibilité générales : le contraste doit être suffisant entre le fond et le teste. Pour réaliser au mieux la page d’accueil nous avons intégré les couleurs des rubriques en fond pour aider à la reconnaissance. Ce genre de design n’est peut être pas très “tendance” mais il est en revanche très pratique pour les utilisateurs qui sont, rappelons le, pour la plupart des personnes handicapés.

    L’objectif était d’arbitrer entre l'esthétisme d’un côté et l'accessibilité de l’autre qui vise à rendre pratique et intuitive la navigation de ce site internet.

     

                   

     

    Pré-maquette

    Capture

    Après avoir fait valider notre proposition de menu déroulant auprès de Madame Casanova, nous avons pu appliquer la charte colorée à l'ensemble des rubriques et des sous rubriques, qui a été cette fois-ci adaptée dans le but d’améliorer la navigation et la rendre plus facile pour les handicaps visuels et/ou cognitifs.

    L’intégration : les outils et l’ergonomie

    Quelques éléments se sont montrés pratiques pour la navigabilité. En voici une liste non exhaustive mais qui permet de comprendre les bases indispensables à la réalisation de ce type de site :

    • un menu pour permettre à l’utilisateur handicapé d'aller directement au contenu ou à la page d’accessibilité, lui évitant de perdre du temps sur un contenu qu’il souhaite passer. Ce menu est caché par défaut pour ne pas gêner les visiteurs non-handicapés.
    • un “menu haut” présent sur toutes les pages, qui permet une redirection rapide sur les parties essentielles du site, comme par exemple le plan de site qui est indispensable à la bonne navigation des personnes en situation de handicap
    • une barre de recherche, une fois de plus présente sur toutes les pages qui assure une aide efficace prouvée dans ce cas de figure
    • un fil d’Ariane pour aider à tout moment l'internaute à se repérer
    • un menu latéral qui complète le menu principal et qui possède un marqueur de page contrasté pour indiquer le lieu de navigation où se situe l’utilisateur, de préférence à gauche pour que la navigation à 200% et les affichages responsives restent simples et logiques
    • une structuration HTML avec un balisage sémantique propre (h1-h5), une définition des zones accessibles aria, des fonctions de description pour tous les boutons et les formulaires.
    • la pseudo-classe CSS :focus a été un élément important afin de cibler les éléments concernés à l’aide de la touche tabulation (tab), notamment pour les personnes atteintes d’un handicap moteur. Cette pseudo-classe CSS souvent délaissée dans le design habituel est pourtant vitale. Non content de la remettre au goût du jour nous avons fait des remontées à Cédric Keiflin, le concepteur de Template CreatorCK, pour qu’il y intègre les recommandations d’accessibilité ainsi que d’autres fonctionnalités annexes. Depuis nous l’aidons à faire évoluer ses différents composants comme l’ajout de touches clavier pour les liens de menus dans MaximenuCK

    Pour l’interface de gestion (administration) nous avons pu tester Joomla! en situation réelle, et les retours ont été bons dans l’ensemble dès le premier coup ! Nous avons pour habitude d’adapter le panneau d’administration pour les utilisateurs avec des liens directs vers les fonctions essentielles ainsi que des modules de listes de contenus pour facilement trouver les articles à valider, à modifier etc. Pour ce projet c’était d’autant plus important et nous avons travaillé encore plus finement cette interface.

    Pour les contributeurs nous avons choisi de construire une administration light depuis la partie publique du site. Avec un simple accès, ils peuvent aisément ajouter des articles et gérer facilement ces derniers, le tout avec une modération de la part de l’équipe d’HaudaCity. En choisissant cette solution nous maîtrisons l’expérience utilisateur en simplifiant les formulaires et en évitant de changer les habitudes des contributeurs.

    Les tests d'optimisations techniques

    Pour commencer citons ACheckerou le validateur automatique du W3C qui permet d'évaluer la structure HTML d’une page afin de s’assurer qu’elle soit accessible à tous.
    Nous avons aussi et surtout utilisé Wave, un outil mesurant l'accessibilité des sites internet qui nous semble plus récent (prise en compte du html5 et des balises ARIA) et plus pertinent. Cet outil permet d’aider les développeurs et donne une vision précise à l’aide de différents icônes signalant les problèmes d'accessibilité, les alertes, les fonctionnalités, les niveaux de contraste ou bien encore les éléments de structure.

    Pour ce qui est de l’analyse des contrastes entre la couleur de fond et la couleur de la police d'écriture, nous avons utilisé un outil nommé colour contrast analyser. Cet outil permet de donner une note allant de “A” à “AAA” qui correspond au niveau d’accessibilité et de corriger le niveau de contraste directement afin d’optimiser le rendu et la lisibilité du texte .

    Nous avons éliminé toutes les erreurs fatales, réduit les notifications de recommandation d'accessibilité par 4. Nous en avons laissé volontairement car cela pouvait nuire à l'expérience utilisateur classique. Exemple : enlever les liens en double impliquait d’enlever le lien sur l'image et le lien "lire la suite"… moins sympa mais surtout moins pratique...

    Tout au long du projet nous avons eu la chance de travailler avec des personnes souffrant de différents types de handicap qui ont constitué un parfait panel de testeurs. Pour les dernières optimisations, ces utilisateurs ont pu naviguer sur le site et nous renvoyer directement des informations nécessaires et des recommandations techniques.

    Quelques retours utilisateurs et débug en cours de production

    “Test réalisé avec la dernière version du lecteur d’écran NVDA qui vient de sortir et Firefox version 60.0.2, sur mon PC fixe sous Windows 7.

    Ce site qui m’a paru très fluide, me semble globalement bien adapté à la navigation à l’aide d’un lecteur d’écran, car les pages sont bien structurées (utilisation de balises titres, des  régions, de listes d’éléments...)”

    “Certains libellés de champs de formulaire n’apparaissent pas toujours sur ma plage Braille mais sont correctement lus par la synthèse vocale : je ne sais pas te dire si le problème  vient du site ou de ma configuration...”

    “Difficultés rencontrées par une personne aveugle utilisant une synthèse vocale, pour supprimer le pop-up de demande d'autorisation des cookies... visiblement il n'est pas aisé de trouver le bouton ok, pouvez-vous vous assurer que c'est bien étiqueté ?​”

    Présentation de notre réalisation

    La page d’accueil

    Une page de catégorie avec système de filtrage multicritères interactif

     

    UV6NbPOGDzAid00baeQrD WFV i5XhVVZvjgbLM2tA55JSaoAn3Dam87oD4nCEA7lMfa1V8CpN4UUK8PX maDHy i sfuesAYczplrOzgzS2cCVkdZ5NghObq6L8 n6 4p9E7hfV

    Un modèle de page unifiée pour un meilleur confort de lecture

     

    Un panneau d’administration avec des accès rapides adaptés

    Conclusion

    Après avoir étudié le concept d'accessibilité web et avoir eu une vision d'ensemble des différents types de handicaps, nous avons pu appliquer et suivre les différentes recommandations à la plateforme web HaudaCity. C’est en échangeant constamment avec les utilisateurs que nous avons pu implémenter directement de nouvelles solutions sur le site aussi bien au niveau de l’UX design que du webdesign et de la programmation.

    Mais au delà des normes, c’est l’expérience humaine qui a été la plus forte et enrichissante. Un grand merci à toute l’équipe de HaudaCity qui nous a aidé à dépasser la documentation stricte pour mieux découvrir un aspect trop délaissé de la conception de site web. Cette expérience acquise est le début, nous l'espérons, de nouvelles collaborations portées vers une communication plus ouverte et plus respectueuse de tous.

    De notre côté l’enthousiasme continue car vos humbles serviteurs sont maintenant intégrés dans l’équipe Accessibilité pour Joomla!4 qui vise une norme WCAG AA autant dans la partie publique que dans la partie administration ce qui serait une première mondiale ! Encore un beau projet auquel nous sommes fiers de participer.

    Article co-rédigé par

    • Baptiste Richard, stagiaire qui a largement contribué au projet et à l’article
    • Yannick Bergès, responsable du projet chez Com3Elles
    • Céline Robert pour la relecture

     Retrouvez le témoignage de Pascale Casanova

  • Le guide Joomla a 10 ans

    guide papier article

    Pour la première fois, notre "Guide d'administration Joomla" édité en papier : relooké, renommé, complété et enrichi en cadeau pour chaque participant au Joomladay FR 2018 !

  • Le module de tableau de bord Joomla! ultime

    JAD-bandeau.jpg

    Bonjour à tous, et plus spécialement aux utilisateurs de Joomla!. L'équipe de Com3elles est heureuse de vous annoncer la disponibilité sur la JED (Joomla Extensions Directory) de notre module d'administration pour Joomla! 

  • Nouveau comparatif Joomla VS Wordpress

    Nous nous sommes quelques fois risqués ici même à cet exercice. Allant jusqu'à créer la polémique sans le vouloir. Il y a des sujets comme ça qui déclenchent des débats passionnés. Comparer Joomla! à Wordpress en fait partie. Ces 2 CMS "concurrents" bénéficient de communautés engagées et passionnés. Ces réactions parfois épidermiques, quelquefois irrationnelles sont donc normales. Cette fois, ce n'est pas nous qui tentons de comparer ces 2 CMS mais 2 pros du web qui ont essayé de le faire de la façon la plus dépassionnée et objective possible.

    Vous pouvez lire l'article entier ici.

    Réalisé à quatre mains par Clarisse Taffard et Jean-Michel Silone,respectivement experts sur Joomla! et Wordpress, l'intérêt de cet article est qu'il liste de façon méthodique les particularités, points communs et différences des 2 CMS : historique, communauté, prise en main, coûts, sécurité, extensions, types de sites, fonctionnalités natives ou non, thèmes /templates.

    De notre côté, bien que nous utilisons majoritairement Joomla!, nous menons aussi des projets sur Wordpress et sommes familiers avec les 2 CMS.

    Nous pourrions compléter cet article avec des remarques issues de notre expérience :

    • Gestion des médias. Nous regrettons qu'en 2017, il soit encore nécessaire sur Joomla! d'ajouter une extension pour avoir un gestionnaire de médias qui permette de faire des opérations sur les images que nous pourrions qualifier de basiques (redimensionnement, déplacement, renommage...). Patience, ce serait dans les tuyaux pour intégrer nativement un outil digne de notre époque très prochainement. Léger avantage par contre à Joomla! qui, dans son gestionnaire natif certes minimaliste, permet la création de dossiers pour classer ses fichiers. Des extensions comme JCE Editor, DropImage par exemple permettent d'améliorer la gestion des médias sur Joomla
    • Déplacer un site. Côté Wordpress, déplacer un site n'est pas infaisable mais là où il suffit de quelques clics sur Joomla!, à cause des URL absolues c'est quand même plus compliqué sur Wordpress. Ok, ce n'est pas une opération courante mais en tant que pros, ça nous arrive régulièrement et les oreilles des développeurs de Wordpress doivent alors bien siffler !
    • Côté sécurité, nous sommes d'accord que, quel que soit le CMS, c'est surtout une affaire de suivi et de maintenance. Wordpress pâtit de son succès... mais bien géré, ni l'un ni l'autre n'est plus attaqué. Par contre, si c'est le cas, Wordpress étant bien plus dépendant de Javascript que Joomla!, le désinfecter est autrement plus fastidieux si l'infection s'attaque à des scripts Javascript. Pensez à Aesecure, utilisable autant sur Joomla que sur Wordpress !
    • Côté code, un élément très intéressant de Wordpress est sa flexibilité au niveau du code : on peut tout faire grâce au fichier functions.php ou un mu-plugin. L'offre de code dans le codex de Wordpress est très importante. Mais la qualité et la maintenabilité dudit code peuvent être problématiques : faire une mise à jour ou changer ces fichiers, c'est frissons garantis.
      Joomla! est bien plus restrictif avec son modèle MVC robuste, sécurisé et plus simple à maintenir, mais il impose un certain niveau de connaissances et il est plus complexe de prime abord. Heureusement, le système de surcharge des vues permet de combler cet apparent défaut.
    • Côté extensions, on trouve une offre de plugins bien plus sexy et aboutie sur Wordpress, c'est son point fort. Mais cet avantage a un défaut : l'alourdissement de votre site web. En effet, point de chargement sélectif des plugins pour Wordpress qui charge tout à la volée, là ou Joomla! sera plus optimisé car il ne charge que les plugins nécessaires. Heureusement l'offre sur les plugins d'optimisations sur Wordpress est assez importante.
    • Edition WYSIWYG. L'éditeur de Wordpress est plus simple et va à l'essentiel pour 80% des besoins ; on adore l'insertion de vidéos ou de liens mais essayez de faire de la mise en page plus poussée sans page builder comme mettre des couleurs, des tableaux ou des styles personnalisés...
      Heureusement existe sur les 2 CMS la possibilité de changer l'éditeur. L'offre de Wordpress sur des Editeurs WYSIWYG, plus pauvre, s'explique par la priorité donnée aux page-builders alors que Joomla! rattrape tout juste son retard sur ce point avec SP Page Builder ou Page Builder CK par exemple.
    • Ergonomie de l'administration. L'un des derniers points qui nous tient à cœur, c'est la facilité de prise en main d'un site par ses gestionnaires ! Tous les retours sont quasi unanimes : Wordpress, c'est bien plus simple que Joomla!. C'est vrai, au premier abord, l'interface de Wordpress est légère. Derrière cette simplicité se cache malgré tout un manque de modularité. Sur Joomla!, personnaliser le site est plus simple sans connaissance technique ou ajout d'extensions, ce qui rend son interface riche en boutons, options et autres cases à cocher. Mais c'est aussi là LE point faible de Joomla! : une interface chargée qui peut faire peur, malgré un gros travail sur les dernières versions. A quand par exemple un mode "simple / avancé" pour conserver la modularité sans faire flipper les administrateurs ?
      Notre grief principal va à la permissivité de l'administration côté Wordpress : installez un thème et vous aurez le double d'entrées dans le menu de gauche, et des pubs un peu partout... Là, Joomla! avec son côté plus restrictif sera bien plus efficace car les pubs n'ont le droit de s'afficher que dans leur propre environnement.

    Merci encore à Clarisse et Jean-Michel pour la qualité de leur article. De notre côté, nous continuons à surveiller l'évolution de ces 2 CMS et restons à l'écoute des remarques, suggestions et avis ! Il faut en effet rester humble et ouvert : devant les nombreuses et rapides évolutions de ces outils, on ne peut arrêter son avis sur un état à un moment donné.

  • Offres pros : votre documentation joomla

    guide personalise

    Formateurs, concepteurs de sites, web agencies, vous souhaitez fournir à vos clients un support de qualité ?

    Jusqu'à présent il n'existait pas 36 solutions :

    • le faire vous-même... long et pas forcément toujours bien mis en page
    • fournir un livre... trop complet pour la plupart de vos clients
    • commander sur Eni un support... assez coûteux et pas toujours adapté
    • utiliser http://joomanuals.com/... en anglais

    Nous avons pensé à vous !

    Nous vous proposons notre propre documentation adaptée à cet usage : un guide complet, illustré et pédagogique pour permettre à des non-professionnels du web de gérer leur site web réalisé sous Joomla! La combinaison de notre savoir-faire en mise en page et notre expérience en formations :

    • 60 pages sur Joomla 3 natif :
      • L’administration
      • Gestion de la corbeille et des statuts
      • Les bases du contenu
      • Articles et catégories
      • Des cadenas devant mes articles ?
      • Mettre en forme le contenu
      • Gestion des utilisateurs
      • Gestion des accès
      • Régler les permissions
      • Créer une catégorie
      • Créer un article
      • Paramètres et options d’un article
      • Créer un article en 2 parties (lire la suite)
      • Champs supplémentaires personnalisés (custom fields)
      • Insertion d’images dans un contenu
      • Ajouter une video
      • Ajouter un lien (page)
      • Les types de liens (pages)
      • Créer un sous-menu
      • Ajouter un menu
      • Gestion des articles en vedette
      • Modifier la page contact (com_contact)
      • Les extensions
      • Ajouter une extension
      • Les composants
      • Les modules
      • Les plugins
      • Votre site multilingue (possibilité de le supprimer du guide)
      • La maintenance du site (possibilité de le supprimer du guide)
      • Glossaire
    • jusqu'à 65 pages d'extensions et outils :
      • Acymailling (Acyba)
      • Ajouter au menu (Regular labs)
      • AllEvents
      • All videos (Joomlaworks)
      • Content Templator (Reguar Labs)
      • DropEditor (Joomunited)
      • DropFile (Joomunited)
      • DropTable (Joomunited)
      • DropPics (Joomunited)
      • Easyblog (Stackideas)
      • Flexicontent
      • Hikashop
      • Invoice Manager (Juloa)
      • JA-Multilangue (Joomlart)
      • JCE Editor (pro)
      • PagebuilderCK
      • Phoca maps (Phoca)
      • Pixlr
      • Rsevents (RS Joomla)
      • Rsform (RS Joomla)
      • Sh404sef (Weeblr)
      • Sige
      • SlideshowCK
      • SP Portefolio (Joomshaper)
      • SP Pagebuilder (Joomshaper)

     

    Nous vous faisons bénéficier de la même base que nous utilisons pour nos propres clients depuis 10 ans avec la possibilité de la personnaliser : avec votre logo, les extensions de votre choix parmi plus de 20, l'url du site de votre client.

    Un guide complet et personnalisé en PDF à partir de 9 € HT seulement ! (offre de lancement jusqu'au 31 décembre 2018)

    Pour le commander, c'est simple :

    1. Il suffit de remplir le formulaire sur cette page !
    2. Un lien de paiement vous sera envoyé
    3. sous 2 jours ouvrés vous recevez votre PDF personnalisé

    Vous souhaitez une proposition encore plus personnalisée ? Obtenir une version imprimée ? Contactez-nous

  • Pourquoi je n'aime pas Joomla!

    Au risque d'en choquer certain(e)s, je vais faire mon coming-out : non, je n'aime pas le CMS Joomla! Pourtant, je l'utilise, je communique dessus, je forme dessus. Mais non, décidément, je n'aime pas Joomla!...

    Je peux encore moins dire que je suis "fan" ou "passionnée" du CMS Joomla!

    Je peux aimer (et j'aime) des amis, des collègues, mes associé(e)s, ma famille. J'aime le chocolat (oh oui !), les cerises et le muscat (sud power)... mais non non, je n'AIME pas Joomla!

    Entendons-nous : je n'aime pas non-plus Wordpress ou Drupal. Pas plus que Photoshop avec qui pourtant je partage mes journées (et parfois mes soirées) depuis plus de 15 ans maintenant.

    Par contre, je suis convaincueque Joomla! est un outil fantastique, puissant, performant, évolutif et d'avenir. Je surveille ses concurrents attentivement et à ce jour, à quelques exceptions près (quelques rares projets particuliers), ça reste majoritairement le choix que je préconise sans hésiter. Parce que, quand il s'agit de choisir un outil, ni les sentiments, ni la passion, ni mes goûts n'interviennent : seulement la raison. Et jusqu'aujourd'hui, avec les cahiers des charges qu'on m'a exposés, la raison m'a généralement conduite à choisir Joomla!

    J'en suis d'autant plus convaincueque je le pousse régulièrement dans ses retranchements et que je le remets chaque fois en question.

    Ce qui me convainc également dans Joomla!, au-delà de l'outil lui-même, c'est sa communauté. Une communauté qui fait sa force. Diverse, elle est vive, généreuse et impliquée, elle a permis à ce CMS non-seulement de gagner des trophées mais surtout d'évoluer sans cesse.

    Cette communauté est particulièrement active en France au travers de passionnés (même si je trouve toujours bizarre d'être passionné(e)* par un outil, amis geeks), d'éditeurs d'extensions très performantes. Je la rencontre régulièrement sur la toile au travers des forums, de Twitter. Une fois par an, je me rends au Joomladay France et j'y ai à chaque fois fait des rencontres passionnantes, enthousiasmantes. Des collaborations y sont nées, des amitiés aussi. Et ça, j'AIME !

    Donc non, je n'aime pas le CMS Joomla!, je le recommande vivement, mais oui, j'aime la communauté Joomla! et c'est pour ça que je retourne avec plaisir au JoomlaDay cette année à Nice. On s'y retrouve pour y partager nos expériences ?

    Céline
    Joomladay France 2015 NICE 9 et 10 mai 2015

    joomla-coeur

    *Je sais que c'est surtout un abus de langage : heureusement j'ai rencontré peu de fanatiques qui ne font pas la différence entre un logiciel et des relations humaines. Ces derniers, je m'en méfie...

  • Pourquoi nous avons choisi Joomla plutôt que Drupal ou Wordpress ?

    Joomla-Wordpress-DrupalDans le monde merveilleux des CMS (Content Management Systems), il existe de nombreuses solutions sérieuses.

    On nous demande souvent pourquoi, chez Com'3Elles, nous avons choisi la solution proposée par Joomla! plutôt que d'autres CMS comme Drupal ou Wordpress.

    Voici quelques-unes des raisons qui nous ont poussées à choisir Joomla! plutôt qu'un autre CMS.

     

    Choisir entre 3 solutions, pas facile !

    Tout d'abord, voici un tableau résumant les résultats obtenus par chacun des 3 CMS lors d'un concours où 3 équipes s'affrontaient, avec pour but, construire un site communautaire avec les mêmes exigences pour chacun des CMS :

      Drupal Joomla! WordPress
    Nombre d'heures total 79.25 57.25 90.5
    Heures passées sur le design 21.75 15 36.5
    Validation HTML Non (8 erreurs) Oui Non (8 erreurs)
    Validation CSS Non (7 erreurs) Non (1 erreur) Non (21 erreurs)
    Poids de la page 180K 140K 154K
    Lignes de code PHP/JS personnalisées 220 30 1,808

    Ce que signifient ces chiffres

    Ce qui coûte le plus cher à un client, ce n'est pas la solution choisie directement, mais la personnalisation de la solution pour atteindre le design désiré et les fonctionnalités nécessaires.

    Bien que Wordpress présente une administration sympathique et facile d'accès, la personnalisation pour arriver à un résultat similaire à ce que peut offrir Joomla! prend quasiment deux fois plus de temps. Deux fois plus d'heures qui vous seront bien sûr facturées par le prestataire, d'où un coût doublé !

    Wordpress n'est pas un mauvais CMS, bien au contraire, mais il est spécialisé dans les blogs, chose qu'il fait très bien. Un domaine dans lequel il rivalise avec Joomla! et surpasse sans aucun doute Drupal : pour preuve, notre blog est fait avec Wordpress.

     La dernière ligne résulte du fait que Joomla! propose de nombreux plugins permettant d'obtenir à peu près tout ce que l'on désire sans avoir à coder de manière intensive !

    La force de Joomla!, une communauté active

    Nous l'avons vu, Wordpress est plutôt orienté blogs et dès qu'il s'agit de faire autre chose, les choses se compliquent et obligent à personnaliser le code, ce qui prend beaucoup de temps.

    Drupal a en revanche les faveurs des programmeurs, car justement, c'est un CMS qui se prête beaucoup à la programmation. Mais programmer prend là aussi beaucoup de temps, ce qui augmente le coût de conception d'un site web.

    Joomla!, grâce à sa communauté, propose de nombreuses extensions qui sont à même de supprimer une grande partie du codage nécessaire à la personnalisation graphique ou fonctionnelle d'un site web. Les extensions, gratuites pour la plupart, permettent ainsi de s'affranchir de 99% du codage nécessaire sur des CMS comme Drupal ou Wordpress.

    Même une fois votre site terminé, si vous désirez y rajouter une fonctionnalité, une extension permettra sans aucun doute de le faire sans avoir à recoder le site, ce qui peut souvent amener des bugs imprévus.

    En résumé, Wordpress est la meilleure solution à administrer, Drupal est le choix des codeurs et Joomla! est le plus polyvalent et le moins cher grâce à ses extensions disponibles et  libres.

    Voilà pourquoi nous avons fait le choix de Joomla!. Parce que nous pouvons construire des sites Web plus rapidement, avec plus de fonctionnalités et le tout pour un prix inférieur, ce qui vous profite !

  • Première certification Joomla 2017

    Joomla Learning Partner depuis le 13 septembre 2016, nous avons organisé notre première session d'examen à la certification administrateur Joomla! le 9 janvier dernier.
    Nous avons eu le plaisir d'accueillir pour cette occasion 4 candidats (français) motivés qui sont repartis avec la certification en poche. Ce programme de certification étant tout nouveau,  de nombreuses interrogations sont soulevées par des candidats potentiels. Cet article a pour objectif de vous expliquer le déroulement de cet examen, avec à l'appui les témoignages des tout premiers certifiés français de 2017.

    [caption id="attachment_2050" align="alignright" width="300"] Salle d'examen[/caption]

    Le déroulement

    Conformément au contrat que nous avons signé avec OSM (OpenSourceMatters), l'examen est organisé dans une salle fermée,  sous la surveillance bienveillante mais ferme de notre superviseur. Chez nous, c'est Ingrid qui s'est portée volontaire. Chaque candidat prend place à une table isolée des autres, sans ses affaires (ni feuille, ni livre, ni téléphone. ..). Aucune dérogation. Un verre d'eau tout de même leur est fourni ! ; -)
    Le pc sur lequel se déroule l'épreuve est fourni par notre centre d'examens. Après lecture des consignes par le superviseur, un navigateur sécurisé est lancé et après une série de mots de passe, les candidats n'ont plus accès à rien d'autre sans l'intervention du superviseur. La porte est fermée et personne d'autre n'y a accès : aucune possibilité de tricher. Après lancement de la session, chaque candidat a 90 minutes maximum pour répondre à une série de 60 questions de type QCM. Il leur est possible de revenir à tout moment sur une question laissée de côté par un système de "flags" (drapeaux).
    Le décompte du temps est affiché en permanence pour gérer au mieux son temps.
    Dès que le candidat pense avoir répondu à  suffisamment de questions, il valide son examen et son résultat est directement affiché : il faut au minimum 80% de réponses correctes pour obtenir l'examen.
    Après avoir répondu à un questionnaire de qualité, chaque candidat est invité à quitter la salle en silence.
    Le candidat est alors directement affiché sur le répertoire des utilisateurs certifiés 

    Quel est le contenu de cet examen ?

    Nous sommes tenus à la confidentialité donc ne comptez pas sur nous pour vous dévoiler le détail et ne cuisinez pas les candidats qui eux aussi sont tenus à la discrétion ; -)
    Nous pouvons tout de même sans dévoiler trop de choses vous dire ceci :
    • L'examen porte sur les 11 thématiques listées ici
    • Il est impossible de savoir d'avance les questions car elles sont sélectionnées au hasard dans un total de 200 questions
    • L'expérience est autant testée que les connaissances 
    • L'ensemble de l'examen est en anglais
    • Certaines questions sont à choix multiples,  d'autres à choix unique (vrai ou faux)
    • Certaines questions sont, tel l'examen du code de la route,  illustrées de captures d'écran et portent donc sur une situation précise à analyser
    • La difficulté varie d'une question à l'autre
    • Certaines questions peuvent sembler peu liées à Joomla!
    Nous avons interrogé les candidats sur leur expérience...

    L'avis des candidats

    [caption id="attachment_2052" align="aligncenter" width="620"] 4 candidats à la certification juste avant l'examen... plus ou moins stressés ;-)[/caption]

    Nous avons reçu 4 candidats expérimentés :
    • Eric Lamy, fondateur et dirigeant de l'agence Agerix de Bordeaux, expert de Joomla! depuis 2007, ancien président de l'AFUJ et très impliqué dans la communauté (membre de la team...)
    • Géraud Medail, technicien intégrateur dans l'agence Agerix de Bordeaux, expert de Joomla! depuis 2015
    • Marc Studer, développeur Joomla! depuis 2007 sur Aix en Provence, ancien secrétaire de l'AFUJ
    • Barthélémy D., intégrateur web indépendant dans le Lot

    [caption id="attachment_2053" align="alignleft" width="120"] Eric Lamy[/caption]

    [caption id="attachment_2055" align="alignleft" width="120"] Géraud Medail[/caption]

    [caption id="attachment_2056" align="alignleft" width="120"] Marc Studer[/caption]

    [caption id="attachment_2076" align="alignleft" width="135"] Barthélémy D.[/caption]

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pourquoi souhaites-tu être certifié ?

    Eric Lamy : Parce que j’ai travaillé plusieurs années sur le sujet de la certification avec l’équipe OSM (premier testeur à Prague lors du JandBeyond de 2015, membre de la Certification Marketing Team, présentation au JoomlaDay de Paris en 2016) et que je voulais passer l’examen pour permettre aux membres de mon JUG (Joomla User Group) de Bordeaux de pouvoir passer eux aussi cette certification.

    Géraud Médail : Parce que cela fait maintenant deux ans que je travaille sous Joomla et cette certification me permet maintenant de savoir que j'ai un niveau reconnu. De plus, nous avons passé la certification avec tous les membres de l'agence Agerix et le fait que nous l'ayons tous eue est un plus pour l'agence.

    Marc Studer :La première chose qui me vient à l’esprit c’est « Qu’est-ce que je vaux ? ». Passer la certification me permet de me mesurer à une échelle de valeur définie par l’équipe Joomla!.
    Ensuite, exercant 100 % de mon activité professionnelle sur le CMS Joomla!, l’obtention de cette certification me permettra sûrement de valoriser mon niveau de compétence lors de mes contacts commerciaux.
    Après, la certification Joomla! Administrateur n’est qu’un début. On espère bien voir venir les autres certifications (Templater, Développeur …) et étant moi-même plus un développeur qu’un administrateur, le fait de passer cette certification est aussi un essai pour me préparer pour les prochaines certifications.

    Barthélémy D. : Une manière de valider mon expérience de Joomla!. M'obliger à revoir Joomla!et me rassurer sur ma maîtrise de certains aspects. Cela m'a permis de faire le point sur les fonctionnalités, d'en découvrir certaines.

    T’es-tu préparé pour cet examen ?

    Eric Lamy : Malheureusement non, je n’ai pas eu le temps

    Géraud Médail : Oui grâce au différents supports mis à disposition sur Joomla.org

    Marc Studer :Oui, j’ai bûché comme un écolier ! J’ai lu pas mal d’articles, navigué et creusé dans l’interface d’administration de Joomla! à la recherche des fonctions que j’utilise peu (modes Batch, paramètres avancés…).
    On s’est même organisé 2 sessions Hang-out avec l’équipe Agérix pour discuter de nos « zones d’ombres » et s’échanger des questions inventées de toutes pièces pour se mettre dans le bain de la certificatio … on a bien ri et on s’est surpris à découvrir les astuces et les maîtrises de chacun !
    Et pour finir, la session de préparation avec l’équipe Com’3Elles, avant l’examen, a apporté des réponses sur les questions restantes. D’ailleurs, je me suis surpris, pendant l’examen, à me dire : « Tiens, on en a justement parlé lors de la prépa ! »

    Barthélémy D. : Oui, dans la semaine précédente, j'ai pris quelques heures chaque jour, une dizaine sur 3-4 jours.

    Comment as-tu préparé cet examen ?

    Eric Lamy : En pratiquant Joomla! depuis 10 ans.

    Géraud Médail : Nous avons organisé des séances de révision avec Marc durant lesquelles nous avons repris tous les points du learning guide puis nous nous sommes préparé des faux questionnaires en essayant de piéger l'autre personne afin de vérifier les parties les plus complexes du CMS. J'ai aussi passé tous les sites Joomla sur lesquels je travaillais en anglais afin de connaître les termes Joomla dans cette langue

    Marc Studer : Je suis parti du « Learning-Guide » fourni par l’équipe de certification. Cela donne des idées du périmètre de la certification. J’ai donc lu pas mal de liens en provenance de ce guide. Et si je tombais sur un sujet où je me trouvais un peu faible, alors je passais au cas pratique sur un site de test.
    Après, comme cette certification est pour le moment uniquement en langue anglaise, j’ai fait comme tous ceux qui ont passé cette certification avant moi, j’ai passé plusieurs de mes comptes administrateurs en anglais afin de « baigner » dans le vocabulaire que je retrouverais lors de l’examen.

    Barthélémy D. : J'ai lu l'article « The first certified francophone Joomla! Administrator (*) » sur certification.joomla.org & « How to prepare for the Administrator Exam? ».
    Je me suis calé sur le programme et j'ai revu point par point, en me focalisant sur ceux où j'étais le moins à l'aise. J'ai regardé, chaque soir, quelques vidéos (en accéléré) et morceaux de documentation. J'ai revu des listes sur les fonctionnalités et trucs & astuces. Je me suis forcé à revoir toute l'interface d'administration, en anglais. J'ai fait une installation et travaillé avec Protostar. Le test de l'interface de l'examen est à faire en amont (conservez bien votre mot de passe pour plus tard).

    Penses-tu que cette certification est difficile d’accès ?

    Eric Lamy : Pour quelqu’un qui pratique quotidiennement Joomla! ce n’est pas compliqué. Les principales difficultés, en plus de la langue bien sûr, peuvent être la précipitation (j’étais le premier à sortir de la salle et cela a failli me coûter cher) et le doute sur les questions à réponses multiples (tentation de mettre trop de réponses).

    Géraud Médail : Elle n'est pas difficile d'accès pour une personne qui manipule quotidiennement Joomla, le problème principal est la langue.

    Marc Studer : Pas facile de répondre... Le périmètre des questions de la certification est vaste, mais beaucoup de questions sont liées à une expérience acquise sur les dernières années donc si vous êtes un administrateur un peu aguerri, curieux et actif, alors la certification est à votre portée !
    Le point concernant le délai de 90mn n’est pas bloquant non plus, on s’est rendu compte qu’il ne faut que 45-60mn en général pour passer, sans trainer, sur les 60 questions, mais après il faut prendre le temps de se relire !
    Maintenant il reste la question de la note d’obtention. Pour gagner la certification, il faut répondre correctement à 80% minimum des 60 questions. C’est clairement une note élevée et c’est sûrement sur ce point que la certification valorise la connaissance acquise !

    Barthélémy D. : L'anglais peut sûrement être un frein pour certains. L'interface est bien faite. L'accès a été facile malgré l'oubli momentané de mon mot de passe. Stress mot de passe...

    Quels conseils donnerais-tu à un futur candidat ?

    Eric Lamy : De passer immédiatement tous ses sites Joomla! en anglais pour se familiariser avec les termes d’administration. La plupart des questions sont des questions de bon sens et les réponses sont simples. Par contre, comme l’examen est en anglais, il peut y avoir des termes spécifiques que le candidat ne pourra pas trouver en traduisant simplement les mots. Exemple paramètres en français et option en anglais alors que la traduction serait settings.

    Géraud Médail : Je lui dirais de passer ses sites en anglais, de faire attention aux fonctionnalités cachées que l'on n'a pas l'habitude d'utiliser ( les droits d'accès sur les « lire la suite » par exemple ). Ensuite au niveau de l'examen en lui-même je dirais à la personne de prendre son temps 90 min est largement suffisant pour répondre aux questions et surtout de faire attention aux questions car il peut y avoir des pièges

    Marc Studer :Je reprendrais bien l’expression de Marc Dechèvre : « Ne laissez aucune zone d’ombre ! ». Ça a été mon leitmotiv pendant ma préparation. Si vous savez que vous n’utilisez pas certaines fonctions ou que vous ne les avez pas comprises (Multilinguisme, plugins ou modules non-utilisés,...), alors il faut vous y mettre ! Ne laissez aucune impasse et soyez curieux !
    Pendant l’examen de certification, je conseille de lire les 60 questions sans trop tarder et de taguer les questions auxquelles vous n’avez pas répondu ou sur lesquelles vous avez un doute.
    Puis une fois les 60 questions passées, vous aurez alors du temps pour repasser sur les questions lors d’une seconde lecture.

    Barthélémy D. : Réviser. Tester l'interface. Prendre son temps. Bien lire les questions, certaines sont déroutantes ou bizarrement formulées de prime abord.
    Il y a deux types de questions : des simples à réponse unique, « oui-non », « vrai-faux », ou 4 possibilités. Souvent logiques, on sait ou on sait pas. Bien que certaines puissent êtres vicieuses, ne pas hésiter à « flaguer » et y revenir plus tard. Des complexes à choix multiples qui demandent généralement, plus de réflexion.
    Bien analyser les termes de la question, bien observer les images quand il y en a. Se relire.

    Pour finir

    [caption id="attachment_2078" align="aligncenter" width="680"] Marc, Eric et Géraud, ravis d'être certifiés[/caption]

    Il n'y a pas de surprise : une certification réussie s'appuie sur une expérience réelle ET sur une préparation sérieuse. Chacun peut se préparer seul en suivant ces conseils et en s'y prenant sérieusement. Sachez qu'une formation existe au besoin : version 1 jour ou version atelier d'une demi-journée.

    Quand à la traduction en français, ce n'est pas encore à l'ordre du jour car le programme de certification est à peine rodé.

    Au-delà de la certification, nous avons pris un peu de temps de convivialité : midi au resto, goûter en suivant, puis apéro Joomla le soir. On ne se refait pas... on aime toujours partager des moments avec la communauté Joomla! ;-) !

    Merci encore à tous les participants pour cette journée qui, nous l'espérons, donnera envie à d'autres de passer cette certification.

Connectez-vous avec votre compte