wordpress

  • 20 critères pour bien choisir son CMS

    Choisir son CMSOn entend, lit, voit, ici ou là, des commentaires dithyrambiques ou incendiaires sur tel ou tel CMS. Nous en avons d'ailleurs fait les frais ici-même il y a quelques mois dans un article de comparaison Joomla / Wordpress.

    Mais quels sont vraiment les critères de choix d'un CMS pour faire son site ?

    D'abord qu'est-ce qu'un CMS ?

    Petit rappel pour que nous soyons d'accord sur le sujet. CMS est l’acronyme de Content Management System. En français, on traduit par Système de Gestion de Contenus. On devrait à mon sens toujours ajouter "Web" à la fin. Les CMS sont des logiciels destinés à permettre la mise à jour dynamique du contenu des sites Web, voire d'applications multimédia. Ils permettent de travailler de manière assez simple à plusieurs personnes, de séparer le travail sur le design et le contenu, de structurer ce dernier (nature, catégories...).

    On peut faire un site sans CMS. Les CMS n'existent que depuis 2000 et on faisait déjà des sites avant. Mais sans CMS, la mise à jour du contenu faisait appel à des compétences techniques qui n'étaient pas forcément celles de ceux qui créent le contenu.

    La fonction minimale livrée avec un CMS est de pouvoir créer du contenu via une interface privée et quelques boutons d'option et de mise en forme, un peu comme on le ferait dans un logiciel de traitement de texte.

    Pourquoi un CMS ?

    Quand on prend un CMS, il y a souvent au début juste un besoin d'éditer des pages avec du texte et des images. Rapidement la facilité du CMS fait naître de nouveaux besoins : gérer des médias, régler des droits d'accès ou de gestion, avoir plusieurs langues, de quoi vendre en ligne, des outils de communication comme une newsletter...

    La plupart des CMS modernes fonctionnent avec un pack par défaut offrant certains réglages et outils mais aussi la possibilité de rajouter des fonctionnalités facilement à la façon d'un LEGO. Selon le CMS, ces "briques" de fonctionnalités additionnelles s'appellent plugins, modules, extensions, composants... Elles existent par milliers souvent, permettant sans avoir de grandes connaissances techniques de personnaliser les services du site souhaité. De même, le design du site peut être rajouté, enlevé, changé très simplement avec un habillage graphique pré-sélectionné, appelé "thème" ou "template". Là aussi, le terme utilisé diffère selon le CMS.

    L'utilisation de ces fonctions par brique n'est pas obligatoire. Si la fonction souhaitée n'existe pas telle qu'on l'imagine (et qu'elle est vitale pour le projet), il est toujours possible d'étendre les possibilités d'un CMS via un développeur. Mais il faut bien choisir car le risque est de mettre en péril la stabilité et/ou l'évolutivité du site.

    Quels sont les critères pour faire son choix ?

    Je pense que les critères suivants ne sont pas recevables :

    • parce que mon beau-frère, tonton, cousin, autre (rayer les mentions inutiles) m'a dit que celui-là est super
    • parce que c'est le plus utilisé
    • parce que j'aime bien le nom
    • parce que tel site est fait avec

    Et VOS besoins ? VOTRE projet ?

    Un outil, quel qu'il soit, doit d'abord répondre aux besoins de votre projet. Encore faut-il avoir une idée de ce qu'on veut... Cela fera certainement l'objet d'un autre billet ;-)

    Les critères les plus couramment avancés et les plus évidents sont :

    • le nombre de pages
    • le budget
    • la facilité

    Pas suffisant : le nombre de page n'est normalement pas un souci sur un CMS digne de ce nom, le budget sera toujours un souci si on ne veut/peut rien faire soi-même et qu'on n'a pas un rond, la facilité est relative à chaque individu.

    Les critères à prendre en compte selon moi sont (liste non-exhaustive) :

    1. les délais de mise en ligne
    2. la nature du site voulue majoritairement (blog, portail, boutique...)
    3. le nombre d'utilisateurs sur le site, combien seront administrateurs et le nombre de niveaux d'accès / rôles différents
    4. le nombre et surtout le type de fonctionnalités voulues
    5. le nombre, la variété et la qualité des extensions/plugins disponibles (en lien avec le critère précédent)
    6. le besoin ou non d'un espace privatif
    7. le besoin d'un site multilingue
    8. l'aisance du (des) gestionnaire(s) du site avec l'informatique
    9. la connaissance ou non d'un langage informatique web
    10. le temps que le gestionnaire du site va y consacrer pour le mettre en place et/ou le gérer ensuite
    11. la connaissance / l'usage d'un CMS. Forcément si on en connait déjà un, ça aide à choisir !
    12. le souhait (réel parce qu'il va falloir s'y tenir) d'être autonome sur la gestion du contenu, de la maintenance, de son évolution
    13. le besoin en référencement bien que l'outil ait une part infime de responsabilité sur ce point
    14. le besoin d'évolutivité. Et le besoin ou non de rentrer dans le code pour cela...
    15. le besoin de facilité (notion très très vague)
    16. le besoin de sécurité
    17. le besoin de modularité. Veut-on des pages avec des structures différentes ?
    18. la qualité du code
    19. la possibilité de trouver de l'aide rapidement ou des prestataires
    20. la fréquence de refonte partielle ou totale. Serez-vous prêt à changer d'outil et repartir à zéro si vous n'avez pas anticipé les évolutions ?

    A partir de cela, étant entendu qu'on a répondu à ces critères sincèrement, on ne peut choisir objectivement qu'en ayant une connaissance suffisante de chaque CMS ou du moins des plus courants.

    Se contenter de lire, écouter les récits des uns et des autres n'est pas suffisant. Chacun peut avoir eu une bonne ou une mauvaise expérience sur un CMS. Mais d'une part un CMS mal évalué par quelqu'un n'était peut-être simplement pas adapté à SON besoin ; d'autre part, les CMS évoluant à des rythmes différents, ce qui est vrai un jour est peut-être faux le jour suivant.

    Et vous, quel critère rajouteriez-vous ?

    - Céline Robert

  • Cab'qual - Conseil en RSE & Certifications

    Cab'qual avait un site et en faisait la promotion via des AdWords. Le site n'était pas très efficace pour l'acquisition clients : le référencement n'était pas optimal.

    Ils ont souhaité profiter de la pause imposée par la crise sanitaire du COVID19 pour revoir totalement leur communication digitale et se préparer à la reprise.

    En mode co-création, nous les avons aidé à reformuler le contenu et retravailler la structure du site pour que l'ensemble soit orienté "besoin client" et génère plus facilement des contacts.

    Le travail sur le contenu avait pour objectif également de rassurer, convaincre et améliorer le référencement.

    Ils ont "flashé" sur le style visuel de Com3elles : ils s'y sont reconnu et nous les avons aidé à créer un univers plus cohérent avec leur identité de société.

    Leur méthode unique, appelée H2O nécessitait une clarification. Nous l'avons illustré via une infographie et une video en motion design.

    Pour améliorer leur communication digitale nous les avons outillé d'un système d'emailing et avons affiné leur référencement.

  • CMS opensource ou développement sur-mesure en 6 idées reçues

    joomla-legos

    Je lis toujours avec intérêt et souvent amusement (j’apprécie le ton léger du rédacteur) les articles du blog Axenet consacrés généralement au référencement (on les cite parfois dans notre revue du web). Ce dernier n’a pas fait exception : “Développement sur mesure vs open source. Toutefois, j'aimerais apporter ma pierre à la réflexion, en précisant plusieurs points, qui me semblent incomplets, voire pas tout à fait justes. J’aurais pu répondre en commentaire mais ça serait trop long ;-)

    D’abord, histoire d’être au clair avec nos lecteurs, je rappelle que nous n’avons jamais fait mystère de notre préférence lucide pour l'utilisation (bien que non-exclusive) du CMS Joomla!. Pourtant nous avons nous aussi à coeur de prendre en compte les besoins réels présents et à venird’un projet web pour sa conception (cf 20 critères pour bien choisir son CMS).

    Mon point principal de désaccord avec cet article vient du fait qu'il présente le choix d’un CMS comme inadapté voire dangereux pour des projets très personnalisés, et qu’il vaut donc mieux privilégier un framework maison.

    Je ne doute vraiment pas que le framework évoqué ait été fait avec professionnalisme.

    Nous sommes d’accord que forcément, si personnaliser un CMS open source passe par du rafistolage par des développeurs peu regardants (et il y en a malheureusement), le site va forcément ressembler un peu à ça :

    wc

    Soyons honnêtes : la faute dans ce cas n’est pas à imputer au CMS. Le problème serait tout aussi alarmant avec le meilleur des framework ou tout développement sur-mesure !

    Certes nous voyons souvent en tant qu’agence arriver des sites sous Joomla! difficiles à faire évoluer voire hackés : ils sont faits soit par des amateurs soit par plusieurs personnes successivement, avec chacune sa logique... parfois déroutante ! Nous avons aussi parfois été effrayés par des sites faits par des pros dont des fonctions ont été recodées dans le core alors qu’il aurait juste suffi de cocher une case dans la configuration...

    À côté de ça, nous avons eu à refondre ou à réaliser de nombreux sites 100% sur Joomla! et 100% personnalisés sans aucun souci de stabilité, sécurité et évolution.

    Le secret ? Une parfaite connaissance du CMS (hey ! des formationsexistent !) et s’entourer d’experts (avérés, pas autoproclamés).

    A mon avis, l’article d’Axenet pêche justement par la comparaison entre un framework avec l’expertise d’une agence et un CMS open source utilisé sans expertise. Vous voyez le problème ?

    Pour expliquer mon point de vue, je ne vais prendre en exemple que notre expérience sur la base du choix de Joomla! sous forme de 6 idées reçues.

    Idée reçue numéro 1 : on ne peut pas tout faire avec un CMS open source

    À ce jour, honnêtement, nous n’avons rien trouvé d’infaisable avec Joomla! : simple site, blog, e-commerce, projet business, place de marché, intranet, communauté, city-guide, annuaire, service métier… la liste est longue ! Et c’est vrai que selon le besoin, un autre CMS peut arriver au résultat attendu, mieux ou plus rapidement.

    Mais entre les fonctions natives et les milliers d’extensions en téléchargement (dont certaines très très polyvalentes et personnalisables), les limites sont difficiles à atteindre. Reste la nécessité de bien sélectionner les extensions pour conserver un site fiable dans le temps. Nous sommes d’accord avec Jean-Marc sur ce point. C’est surtout là que la plus-value d’experts est importante. Comme il se trouve que nous en sommes : nous sélectionnons les extensions selon des critères très stricts et en assurons l’installation, la configuration et le suivi. Avec cette responsabilité sur les épaules, nous ne nous amusons pas avec ça ! Ce serait un problème d’avoir besoin d’experts pour cela ? Pas plus, pas moins que de passer par un framework maison.

    Idée reçue numéro 2 : malgré des milliers d’extensions, tous les besoins ne sont pas couverts

    Si le besoin n’est pas à 100% couvert par une extension Joomla!, il y a toujours moyen de l'améliorer. Pour changer un affichage ou l’ergonomie, inutile de modifier le core de Joomla! car son système de surcharge est loin d’être limité (si si, je vous assure Jean-Marc !). Là aussi, une bonne connaissance est importante.
    Niveau développement, tout connaisseur de  Joomla! sait que ce CMS repose sur un framework puissant. Connaître ce framework et s’appuyer dessus pour développer ou améliorer une extension est une garantie de stabilité, de respect de la performance et de sécurité.

    Idée reçue numéro 3 : développer une fonction sur-mesure sur Joomla! compromet la stabilité

    legos16Si je rajoute une extension additionnelle dans mon site Joomla!, ne vais-je pas compromettre la stabilité de tout le site ? Comme dit ci-dessus, Joomla! repose sur un framework. Ce qui en fait, pour simplifier, un gros jeu de legos : des milliers de pièces existent et si on sait les assembler, les possibilités sont infinies (mais il faut un niveau expert de préférence).

    Parce qu'ils sont experts dans leur domaine, ceux qui ont fait le choix du développement ne prennent pas le temps de se pencher sur ce framework et combinent différentes logiques à celle de Joomla! Et on ne peut pas leur en vouloir. Mais la logique de Joomla! a fait ses preuves. Pour reprendre l’exemple du Lego, si vous combinez ces célèbres briquettes avec des Kapla ou des Mécanos, attention à la fiabilité de l’ensemble…

    Le frameworkde Joomla! a été éprouvé sur des millions de sites Web, corrigé, testé, amélioré, re-testé, encore et encore …

    Respecter ses Designs Pattern (en français “Patrons de conception”) et ses API (en français “Interfaces de Programmation”) est le gage de produire une extension qui viendra s’insérer dans l’ensemble, de manière harmonieuse… et stable.

    Idée reçue numéro 4 : un CMS open source est forcément limité en évolutions

    Ni plus ni moins qu’avec d’autres solutions… et plutôt moins même. A condition là aussi de savoir ce qu’on fait.

    Une autre des forces de Joomla! réside dans les Plugins. Ces plugins ne sont qu’une partie des types d’extensions possibles dans Joomla!, mais ils sont passés maîtres dans l’art d’optimiser l’évolutivité d’une extension Joomla!. En gros, grâce au plugin, vous pouvez étendre à volonté les fonctionnalités du CMS. Quand un expert décide d’implémenter judicieusement des points d’entrée pour des plugins additionnels dans son composant, c’est qu’il cherche à répondre à la question : “Comment puis-je, aujourd’hui, ouvrir mon application, pour préparer le terrain des fonctionnalités de demain ?”.
    Donc, si les extensions sont bien conçues, qu’elles aient été téléchargées prêtes à l'emploi ou développées sur-mesure, elles intègrent ce potentiel.

    La tendance actuelle des meilleures extensions pour Joomla! en témoigne : un coeur léger, dans le composant, centré sur les fonctions essentielles... et l’intégration de déclencheurs  évènementiels (triggers) pour permettre l’ajout de fonctionnalités “à la carte” via des plugins. Voilà la recette pour concevoir une application flexible, évolutive, pérenne et ouverte à la communauté dynamique de Joomla!. Ce type d’architecture technique allie 2 points forts :

    • la flexibilité : vous pouvez décider d’activer uniquement les plugins qui correspondent à votre projet
    • l'extensibilité : vous avez une nouvelle idée ? il suffit de concevoir le plugin correspondant et de le brancher dans l’application

    Ces deux points sont plébiscités par les développeurs Joomla! et assurent la réussite commerciale des extensions qui appliquent ce modèle.

    Idée reçue numéro 5 : si le développeur Joomla! n’est plus disponible, je dois tout refaire

    C’est une des limites soulevées en commentaire sur l'article d’Axenet au sujet du framework maison. Dans le cas de Joomla!, nous ne sommes pas sur un Framework “maison”, limité à quelques initiés (même s’il est “bien codé”) qu’un nouveau développeur devra s’approprier (à perte) s’il veut reprendre le travail, mais sur un Framework open source ouvert à une communauté mondiale !

    Sous réserve, une fois de plus, que l’ensemble ait été fait avec bon sens et respect de la logique de ce CMS par des utilisateurs avertis et bien documentés, n’importe quel expert pourra prendre la relève. Joomla! est un CMS qui a “pignon sur rue”. Vu l’immense communauté planétaire regroupée autour de Joomla!, vous n’êtes pas prêts de tomber en rade. Des livreset des formations existent pour permettre à n’importe quel développeur consciencieux de devenir à son tour expert de ce framework. Connaissances qu’il pourra mettre à profit pour plusieurs projets. Et s’il le souhaite, il pourra en plus être certifié.

    Idée reçue numéro 6 : un CMS open source est plus vulnérable car son code est disponible

    geekChez nous, point de “barbus hippies fanatiques” de l’open source, mais des professionnels  avertis et qui prennent le meilleur des deux mondes : logiciels open source et / ou logiciels propriétaires selon les besoins. L’open source n’a pas toujours que des qualités mais lorsqu’on cherche à vérifier le sérieux de l’open source, on trouve de tout et beaucoup de fausses idées. Axenet rejoint la plus répandue qui est que l’open source est moins sécurisé car le code est disponible.

    Pourtant, selon plusieurs études, il semble que le système d’exploitation le mieux sécurisé au monde soit open source.  D’autres en parlent mieux que moi, comme f-secure. En gros un CMS open source est moins vulnérable du fait de la disponibilité de son code que de l’utilisation qui en est faite (si ce n’est pas clair, relire l’idée reçue n°3 ;-) ) : la formation, la documentation ou l’humilité sont les plus grands amis de la sécurité quelque soit le domaine. L'énergie d'une communauté open source est telle que même si des failles peuvent apparaître, elles sont corrigées rapidement et concourent à l'amélioration de la fiabilité de l'ensemble.

    En conclusion

    Bref, sans rancune aucune au chef de projet d’Axenet qui avait annoncé au départ de son article qu’il était volontairement simplifié ;-) : il faut se méfier des idées reçues et rester à l’écoute des évolutions des différentes solutions.

    Cet article pourrait très bien être décliné pour d’autres CMS (Drupal ou Wordpress par exemple) car ils ont fait et font quotidiennement leurs preuves. Par humilité, nous préférons nous en tenir à celui que nous maîtrisons le mieux ;-)

    Nous nous croiserons peut-être un jour dans la vraie vie pour échanger sur ces questions autour d’un café…

    En attendant, un grand merci à mes experts Joomla! préférés Yannick et Marc mais aussi à Ingrid pour leur contribution précieuse à cet article ;-)

    Céline

  • Nouveau comparatif Joomla VS Wordpress

    Nous nous sommes quelques fois risqués ici même à cet exercice. Allant jusqu'à créer la polémique sans le vouloir. Il y a des sujets comme ça qui déclenchent des débats passionnés. Comparer Joomla! à Wordpress en fait partie. Ces 2 CMS "concurrents" bénéficient de communautés engagées et passionnés. Ces réactions parfois épidermiques, quelquefois irrationnelles sont donc normales. Cette fois, ce n'est pas nous qui tentons de comparer ces 2 CMS mais 2 pros du web qui ont essayé de le faire de la façon la plus dépassionnée et objective possible.

    Vous pouvez lire l'article entier ici.

    Réalisé à quatre mains par Clarisse Taffard et Jean-Michel Silone,respectivement experts sur Joomla! et Wordpress, l'intérêt de cet article est qu'il liste de façon méthodique les particularités, points communs et différences des 2 CMS : historique, communauté, prise en main, coûts, sécurité, extensions, types de sites, fonctionnalités natives ou non, thèmes /templates.

    De notre côté, bien que nous utilisons majoritairement Joomla!, nous menons aussi des projets sur Wordpress et sommes familiers avec les 2 CMS.

    Nous pourrions compléter cet article avec des remarques issues de notre expérience :

    • Gestion des médias. Nous regrettons qu'en 2017, il soit encore nécessaire sur Joomla! d'ajouter une extension pour avoir un gestionnaire de médias qui permette de faire des opérations sur les images que nous pourrions qualifier de basiques (redimensionnement, déplacement, renommage...). Patience, ce serait dans les tuyaux pour intégrer nativement un outil digne de notre époque très prochainement. Léger avantage par contre à Joomla! qui, dans son gestionnaire natif certes minimaliste, permet la création de dossiers pour classer ses fichiers. Des extensions comme JCE Editor, DropImage par exemple permettent d'améliorer la gestion des médias sur Joomla
    • Déplacer un site. Côté Wordpress, déplacer un site n'est pas infaisable mais là où il suffit de quelques clics sur Joomla!, à cause des URL absolues c'est quand même plus compliqué sur Wordpress. Ok, ce n'est pas une opération courante mais en tant que pros, ça nous arrive régulièrement et les oreilles des développeurs de Wordpress doivent alors bien siffler !
    • Côté sécurité, nous sommes d'accord que, quel que soit le CMS, c'est surtout une affaire de suivi et de maintenance. Wordpress pâtit de son succès... mais bien géré, ni l'un ni l'autre n'est plus attaqué. Par contre, si c'est le cas, Wordpress étant bien plus dépendant de Javascript que Joomla!, le désinfecter est autrement plus fastidieux si l'infection s'attaque à des scripts Javascript. Pensez à Aesecure, utilisable autant sur Joomla que sur Wordpress !
    • Côté code, un élément très intéressant de Wordpress est sa flexibilité au niveau du code : on peut tout faire grâce au fichier functions.php ou un mu-plugin. L'offre de code dans le codex de Wordpress est très importante. Mais la qualité et la maintenabilité dudit code peuvent être problématiques : faire une mise à jour ou changer ces fichiers, c'est frissons garantis.
      Joomla! est bien plus restrictif avec son modèle MVC robuste, sécurisé et plus simple à maintenir, mais il impose un certain niveau de connaissances et il est plus complexe de prime abord. Heureusement, le système de surcharge des vues permet de combler cet apparent défaut.
    • Côté extensions, on trouve une offre de plugins bien plus sexy et aboutie sur Wordpress, c'est son point fort. Mais cet avantage a un défaut : l'alourdissement de votre site web. En effet, point de chargement sélectif des plugins pour Wordpress qui charge tout à la volée, là ou Joomla! sera plus optimisé car il ne charge que les plugins nécessaires. Heureusement l'offre sur les plugins d'optimisations sur Wordpress est assez importante.
    • Edition WYSIWYG. L'éditeur de Wordpress est plus simple et va à l'essentiel pour 80% des besoins ; on adore l'insertion de vidéos ou de liens mais essayez de faire de la mise en page plus poussée sans page builder comme mettre des couleurs, des tableaux ou des styles personnalisés...
      Heureusement existe sur les 2 CMS la possibilité de changer l'éditeur. L'offre de Wordpress sur des Editeurs WYSIWYG, plus pauvre, s'explique par la priorité donnée aux page-builders alors que Joomla! rattrape tout juste son retard sur ce point avec SP Page Builder ou Page Builder CK par exemple.
    • Ergonomie de l'administration. L'un des derniers points qui nous tient à cœur, c'est la facilité de prise en main d'un site par ses gestionnaires ! Tous les retours sont quasi unanimes : Wordpress, c'est bien plus simple que Joomla!. C'est vrai, au premier abord, l'interface de Wordpress est légère. Derrière cette simplicité se cache malgré tout un manque de modularité. Sur Joomla!, personnaliser le site est plus simple sans connaissance technique ou ajout d'extensions, ce qui rend son interface riche en boutons, options et autres cases à cocher. Mais c'est aussi là LE point faible de Joomla! : une interface chargée qui peut faire peur, malgré un gros travail sur les dernières versions. A quand par exemple un mode "simple / avancé" pour conserver la modularité sans faire flipper les administrateurs ?
      Notre grief principal va à la permissivité de l'administration côté Wordpress : installez un thème et vous aurez le double d'entrées dans le menu de gauche, et des pubs un peu partout... Là, Joomla! avec son côté plus restrictif sera bien plus efficace car les pubs n'ont le droit de s'afficher que dans leur propre environnement.

    Merci encore à Clarisse et Jean-Michel pour la qualité de leur article. De notre côté, nous continuons à surveiller l'évolution de ces 2 CMS et restons à l'écoute des remarques, suggestions et avis ! Il faut en effet rester humble et ouvert : devant les nombreuses et rapides évolutions de ces outils, on ne peut arrêter son avis sur un état à un moment donné.

  • Pourquoi nous avons choisi Joomla plutôt que Drupal ou Wordpress ?

    Joomla-Wordpress-DrupalDans le monde merveilleux des CMS (Content Management Systems), il existe de nombreuses solutions sérieuses.

    On nous demande souvent pourquoi, chez Com'3Elles, nous avons choisi la solution proposée par Joomla! plutôt que d'autres CMS comme Drupal ou Wordpress.

    Voici quelques-unes des raisons qui nous ont poussées à choisir Joomla! plutôt qu'un autre CMS.

     

    Choisir entre 3 solutions, pas facile !

    Tout d'abord, voici un tableau résumant les résultats obtenus par chacun des 3 CMS lors d'un concours où 3 équipes s'affrontaient, avec pour but, construire un site communautaire avec les mêmes exigences pour chacun des CMS :

      Drupal Joomla! WordPress
    Nombre d'heures total 79.25 57.25 90.5
    Heures passées sur le design 21.75 15 36.5
    Validation HTML Non (8 erreurs) Oui Non (8 erreurs)
    Validation CSS Non (7 erreurs) Non (1 erreur) Non (21 erreurs)
    Poids de la page 180K 140K 154K
    Lignes de code PHP/JS personnalisées 220 30 1,808

    Ce que signifient ces chiffres

    Ce qui coûte le plus cher à un client, ce n'est pas la solution choisie directement, mais la personnalisation de la solution pour atteindre le design désiré et les fonctionnalités nécessaires.

    Bien que Wordpress présente une administration sympathique et facile d'accès, la personnalisation pour arriver à un résultat similaire à ce que peut offrir Joomla! prend quasiment deux fois plus de temps. Deux fois plus d'heures qui vous seront bien sûr facturées par le prestataire, d'où un coût doublé !

    Wordpress n'est pas un mauvais CMS, bien au contraire, mais il est spécialisé dans les blogs, chose qu'il fait très bien. Un domaine dans lequel il rivalise avec Joomla! et surpasse sans aucun doute Drupal : pour preuve, notre blog est fait avec Wordpress.

     La dernière ligne résulte du fait que Joomla! propose de nombreux plugins permettant d'obtenir à peu près tout ce que l'on désire sans avoir à coder de manière intensive !

    La force de Joomla!, une communauté active

    Nous l'avons vu, Wordpress est plutôt orienté blogs et dès qu'il s'agit de faire autre chose, les choses se compliquent et obligent à personnaliser le code, ce qui prend beaucoup de temps.

    Drupal a en revanche les faveurs des programmeurs, car justement, c'est un CMS qui se prête beaucoup à la programmation. Mais programmer prend là aussi beaucoup de temps, ce qui augmente le coût de conception d'un site web.

    Joomla!, grâce à sa communauté, propose de nombreuses extensions qui sont à même de supprimer une grande partie du codage nécessaire à la personnalisation graphique ou fonctionnelle d'un site web. Les extensions, gratuites pour la plupart, permettent ainsi de s'affranchir de 99% du codage nécessaire sur des CMS comme Drupal ou Wordpress.

    Même une fois votre site terminé, si vous désirez y rajouter une fonctionnalité, une extension permettra sans aucun doute de le faire sans avoir à recoder le site, ce qui peut souvent amener des bugs imprévus.

    En résumé, Wordpress est la meilleure solution à administrer, Drupal est le choix des codeurs et Joomla! est le plus polyvalent et le moins cher grâce à ses extensions disponibles et  libres.

    Voilà pourquoi nous avons fait le choix de Joomla!. Parce que nous pouvons construire des sites Web plus rapidement, avec plus de fonctionnalités et le tout pour un prix inférieur, ce qui vous profite !

Connectez-vous avec votre compte